Navigation – Plan du site
Projetos de pesquisa

Action integréee pour la valorisation et le respect des Indiens dans la communauté indigène Nambikwara – District de Comodoro, Mato grosso

Ação integrada para recuperação e respeito pelos índios na comunidade indígena Nambikwara, município de Comodoro, Mato grosso
Marta Cristina de Jesus Aparecida Nogueira, Humberto da Silva Metello, Lucelma Aparecida Nascimento et Deocleciano Bittencourt Rosa

Résumés

Ce travail présente un ensemble d’actions interdisciplinaires et hautement durables qui peuvent rendre viable une amélioration de la qualité de vie de la communauté indigène Nambikwara, dans le District de Comodoro, située dans la région Nord-Ouest de l’État de Mato Grosso, en mazonie Légale du Brésil, par l’intégration dans notre société sans perte de son identité culturelle, car si si l’indien vit d’une façon simple et humble, il peut comprendre  notre monde à partir d’un ensemble de signifiés propres. Dans la Constitution Fédérale du Brésil de 1988, il est assuré aux Indiens le droit de maintenir leur dignité culturelle et  est établi en devoir d’État la mission de protéger cette population. Ont ainsi été ouverts plusieurs chemins vers la reconnaissance des différences culturelles qui existent dans notre société, et l’importance de gérer les études, recherches, modèles éducatifs et pratiques pédagogiques qui puissent satisfaire les nécessités basiques des communautés indigènes, pas seulement à Comodoro, mais dans tout le Brésil.

Haut de page

Texte intégral

1Le Groupe Multidisciplinaire d’Action Intégrée pour le Développement Durable  avec la participation de la Fondation Nationale des Indiens (FUNAI), de l’Université Fédérale de Mato Grosso (UFMT) et de la Prefeitura du District de Comodoro situé dans la région Nord-Ouest de l’Etat de Mato Grosso – Région Centre Ouest du Brésil –  est en train de réaliséer des études sur la Communauté Indigène Nambikwara afin d’élaborer un Plan de Développement Intégral pour elle et ses environs.

2Ce travail interdisciplinaire a pour objet un modèle d’action intégrée destiné à comprendre, valoriser et respecter les Indiens, l’écologie et la société qui les inclut, de façon durable, en cherchant à appliquer cette action dans le cadre d’un développement harmonieux global entre l’homme et l’environnement, la relation urbaine-rurale et avec l’être indigène. Cette attitude rendra certainement possible une meilleure qualité de vie dans les domaines sociaux, éducatif, écnonomique, urbain et culturel de ce groupe, qui vit aujourd’hui marginalisé et presque exclu de la société brésilienne (Images 1).

3C’est un des engagements du Groupe Multidisciplinaire d’Action Intégrée pour le développement durable dans les communautés indigènes Nambikwara, visant à offrir un programme adapté à la réalité des minorités ethniques du District de Comodoro, en recherchant à changer l’image tendancieuse et équivoque qui existe encore sur les Indiens d’une manière générale.

 Image 1 – Aspects de la situation actuelle de la Communauté Indigène Nambikwara, dans le District de Comodoro

 Image 1 – Aspects de la situation actuelle de la Communauté Indigène Nambikwara, dans le District de Comodoro

(Photos – Humberto Metello, 2010).      

4L’aire d’études est située dans la région amazonienne dans le secteur nord-ouest de l’Etat de Mato Grosso, dans le district de Comodoro qui correspond à une aire de 21.253 km², entre les coordonnées géographiques de latitudes 13° 39’ 47 Sud et longitudes 59° 47’ 09” Ouest de Greenwich.

5La Communauté Indigène Nambikwara objet de ces études est localisée dans la côté Est de la route fédérale BR-364, dans le basin hydrographique du fleuve Juruena, dans lequel comprendre 61% du territoire du district. Ces réserves indigènes sont jalonnées pour la FUNAI (Figure 1), cependant la plus part des communautés revendiques ses limites, qui sont indéfinis jusqu’aujourd’hui.

Figure 1 – Esquisse de la carte de localisation de l’aire étudiée dans le district de Comodoro

Figure 1 – Esquisse de la carte de localisation de l’aire étudiée dans le district de Comodoro

(Source – Miranda et Amorim, 2002).

Développement méthodologique des travaux

6Les travaux ont été développés ayant comme base la participation intégrée de quatre nécessités basiques: Habitat, Valeur de la Citoyenneté, Education et Loisirs. La première partie de la recherche a enveloppée l’aire d’Ordonnancement du Territoire, Architecture et Urbanisme, qui cherchent localiser les communautés indigènes du district et les régions circonvoisines, en présentant une analyse et un bilan de l’architecture primitive.

7Dans la seconde partie nous avons fait une analyse psychologique dans lequel s’évaluent les problèmes qu’ont vécu ces communautés indigènes au essayèrent changer ou adopter les nouveaux principes de la civilisation. La troisième partie est une séquence de l’étape antérieure, mais avec une action de résolution pour rançon des valeurs et de la citoyenneté de la communauté à travers de la principale activité qui représente ou identifie une communauté indigène qui est l’artisanat.

8Dans la quatrième partie ont été analysées les questions relatives à l’Education, Sports et Loisirs. Et à la fin les idées qui peuvent déterminer les principales directrices qui orientent non seulement l’indien comme individu, mais aussi sa communauté et ses environs, et avec cela nous irons conclure le Plan de Développement Intégral du Indigène.

9Le groupe multidisciplinaire cherche utiliser comme méthodologie, la pratique de la participation, où l’utilisation de cette ressource méthodologique ira éviter qui soient propositions ou actions isolées et centralisées, avec haut degré d’être imprévisible et sans appartenance du contexte de la réalité des communautés indigènes.

10C’est un dispositif qui garante l’intégration des actions parmi les Institutions Fédérales (FUNAI – Fundação Nacional do Indio et UFMT – Universidade Federal de Mato Grosso), d’Etat et la Préfecture du District de Comodoro, entre les secteurs productifs, les organisations qui représentent les divers segments sociaux et les indigènes. C’est le espoir de la présence continue du débat multi et interdisciplinaire avec une articulation planifiée.

11Basée dans nos recherches élaborées dans la communauté indigène de Comodoro, est possible levée les nécessités tant du indien, comme de sa communauté et de l’environnement qu’il vit. A travers de cette méthodologie de terrain on prétend rançonner les valeurs et la citoyenneté des peuples indigènes. La dynamique générale de nos activités, c’est d’être en contact direct dans le minimum deux semaines par mois dans les villages, avec participation mutuelle des professionnelles, individus et communautés, avec actions prévues et planifiées et collecte constante des données.

12« La planification c’est un processus de prise de décisions. Plan est l’enregistrement des décisions. La plus importante selon Brighenti (1998) c’est la planification parce que enveloppe beaucoup de réflexion, avant, pendant et après. Par contre d’une côté l’importance de l’action possède la dimension de l’importance de la planification, qui rajeunie, qui se renouvelle et réorganise l’action. La planification c’est un processus qui n’y a pas fin, elle est toujours questionneuse » (Brighenti, 1998).   

Plan de développement intégral de l’indigène         

13Actuellement, nous parlons beaucoup sur la mondialisation par rapport aux droits humains, pendant populations différenciés, tout un chacun, par les menaces qui viennent souffrant en plusieurs parties du globe, qui soient par les conflits et guerres ethniques qui ont ébranlé profondément grands contingents dans le final du dernier siècle et au début de l’actuel, en se constituant dans les variables de ces paroles modernes, très intéressantes dans les discours, conférences et papiers, mais dans la pratique une doute.           

14Au même temps au niveau mondial on croit d’un côté, la conscience écologique et la nécessité primordiale de garantir une meilleure condition environnementale propice pour le futur de l’humanité (Lutzemberg, 1980), et par l’autre côté la conscience de que les populations indigènes obtiennent, pour le préserver par les générations futures. Ces connaissances devront révéler directions pour prévenir et confronter les stratégies de déséquilibre occasionnées par l’avancement sans limites des civilisations occidentales. Dans ce contexte nous abordons, en spécial le cas du Brésil sur les terres, droits et sciences indigènes.

15Dans la virée du siècle XX pour le XXI, le Brésil a complété 500 ans, avec méconnaissance et ignorant la grande socio - diversité native et contemporaine des peuples indigènes.

16Nous ne savons pas certainement selon Ricardo (1955), combien de peuples indigènes et ni combien de langues natives existent. En premier lieu porque sont peu les chenaux et les espaces pour l’expression directement indigène dans le scénario culturel, social et politique du pais.

17Actuellement, ils suivent encore vivant dans des locaux de difficile accès (Image 2), avec traditions basiques orales de communication et dans la condition de monolingues, avec domaine précaire du portugais, où les différentes ethnies trouvent barrières pour s’exprimer librement avec le monde des non - indiens.  

Image 2 – Détails du village de résidence des indiens Nambikwara, district de Comodoro

Image 2 – Détails du village de résidence des indiens Nambikwara, district de Comodoro

(Photo - Marta Cristina de Jesus Aparecida Nogueira, 2010).

18Dans ces études nous avons observé cette réalité sur les communautés indigènes, et spécialement les Nambikwara dont l’artisanat (Costa, 1999), la médicine, l’architecture (Images 3), la technologie, les ressources naturelles (rivières, ruisseaux, cascades, faune et flore exubérantes), et la bonne qualité dans les relations humaines et sociales (qui favorisent les méthodologies de développement de la communauté) sont à peine quelques des importantes potentialités, qu’existent dans le 9 (neuf) villages indigènes que, outre de non pas être exploitées de façon indue, se perdent avec rapidité, en fonction des  processus de questionnement d’approximation avec « l’homme blanc ».

Images 3 – Construction d’une hutte

Images 3 – Construction d’une hutte

Éléments de construction en bois et avec la couverture qui est réalisée avec les feuilles du palmier connu comme « buriti » (Mauritia vinifera)

(Photos – Deocleciano Bittencourt Rosa, 2006).   

19Elles sont des méthodes équivoquées d’une « intégration culturelle » qui provoquent l’érosion culturelle (croissante perte des connaissances et des valeurs traditionnelles pour les indigènes) et la dégradation sur l’environnement.

20Dans les visites nous avons fait l’application d’un questionnaire d’entrevues réalisées par notre équipe multidisciplinaire (Image 4), où nous avons détecté que les efforts des fonctionnaires de la FUNAI et d’autres groupes qu’ont travaillé pour la cause indigène et ont essayé supplanter les plusieurs limitations imposées par l’absence de ressources, a été beaucoup important. Néanmoins, du aux petites conditions de travail, tel effort n’a pas été suffisant pour garantir la bonne qualité de vie de la majorité des communautés indigènes du district de Comodoro.    

Image 4 – Un des moments d’une visite au village des Nambikwara dans le début des travaux, avec l’application d’un questionnaire

Image 4 – Un des moments d’une visite au village des Nambikwara dans le début des travaux, avec l’application d’un questionnaire

 (Photo – Lucelma Aparecida Nascimento, 2006).

21Nous avons observé aussi que beaucoup de la richesse culturelle a été perdue, et encore se perd due à faute d’élaboration d’un travail qui soit réalisé d’une forme globale et non individuelle, mais oui avec d’actions interdisciplinaires en conjoint, y compris dans la même la participation des Institutions Fédérales, d’Etat et Municipales associées pour traitèrent avec exclusivité des causes des peuples indigènes.

22Ils sont rares les travaux développés qu’ont obtenu quelque succès, du à faute de partenaires des instances citées. Dans la majorité des fois les communautés indigènes locales ont été forcées à un programme de travail dans lequel qui n’a pas été respecté les principes culturelles indigènes, ce qui a occasionné l’actuel situation, qui est celle-ci d’une extrême pauvreté et misère localement.  

23Dans le district de Comodoro ces indigènes vivent temps d’incertitude. Les « générations de contact » (deux ou trois générations plus récentes), séduisis par l’univers de consommation de la société blanche, sont en train de perdre le plus riche et précieux héritage à être repassé pour les « pajés » (sorcier de la tribu indigène) et les « xamãs « (personnes sages plus âgés des tribus) : la culture, la sagesse et les connaissances acquises et consolidées le long du temps pour plusieurs générations. Les générations plus récentes ne perçoit pas plus l’importance de ces connaissances. Peut-être porque la structure sociale et la base des valeurs des communautés indigènes aient été partialement « démantelées ».

24Les indiens vivent un moment de transition ou d’ajustement « culturel », où encore n’a pas été concédé ni le droit de la citoyenneté indigène pleine, ni le droit de la citoyenneté « blanche » pleine. Cette « intégration » désordonnée de la culture indigène avec la blanche est en train de créer un vide culturel dans les villages. On peut noter, chaque fois plus, que les indiens n’appartiennent pas pleinement ni à la culture indigène ni à la culture blanche. Ce diagnostic est préoccupant. Manquent la santé, l’éducation et une production alimenter diversifiée qui garante l’assurance d’une alimentation à travers d’une diète balancée. Manquent aussi assistances et accompagnement des anthropologues, psychologues, artisans, architectonique, éducationnel, sportif et des loisirs satisfaisants.

25Il y a malgré tout cela, évidences qu’indiquent possibilités concrètes de changement de cette situation. Comme par exemple : le fait des communautés indigènes arriver à se décider à conquérir sa propre citoyenneté. Non seulement pour la difficile réalité en que se rencontrent, mais principalement du à l’insistante recherche d’aide joint aux organismes gouvernementaux et non – gouvernementaux. Ou soit, les indiens, par le moins, déjà savent que : « Dans cette manière c’est impossible ! ».

Considérations finales et recommandations

26Actuellement, avec bonne participation dans le CMDR (Conseil Municipal de Développement Rural), les indiens du district de Comodoro sont enveloppés dans la mission de créer un Noyau Indigène de Vie, Capacité et Recherche, dans la réserve Nambikwara. Ce noyau ira recevoir l’appui de notre ensemble de chercheurs, ainsi comme de beaucoup d’autres groupes intéressés en aider ce gens.

27Les actions prévues pour le Groupe Multidisciplinaire seront développées dans les communautés indigènes à travers de la capacité et recherche pour s’en donner à cœur joie l’apprentissage. Nous croyons que la relation coût/bénéfice référent à l’implantation des Actions pour le Développement Intégral du Etre Indigène Nambikwara y compris œuvres, équipements et véhicules, devra être satisfaisante.

28Avec l’implantation de ce programme seront bénéficiés directement 1100 (mille cent) indiens, ainsi comme les microbassins hydrographiques des aires des naissances des vals des fleuves Guaporé et Juruena, inclus dans le district de Comodoro, justement, avec la faune et la flore existantes.

29Un des bénéfices indirect sera senti par la croissante tendance de réduction dans les dépenses budgétaires annuelles du district due aux actions d’emphase préventif, et attelées à une planification. Comme par exemple le sous - projet de médicine préventive, qui a été objet d’une des conclusions de la Septième Conférence Nationale de la Santé, avec aval de l’Organisation Mondiale de la Santé. Dans cet événement ils ont conclu que : « La médicine curable dans la moyenne des pais du Tiers Monde, dépense exactement 20 euros pour remédier le dégât provoqué pour le non investissement d’un dollar dans l’appelée activité préventive qui va du contrôle d’environnement à la politique de nutrition ».

30La récupération d’environnement après l’occurrence de la dégradation environnementale, est aussi plus chère que l’action préventive. Prévenir et planifier sort plus cher, et est plus assuré. Cela c’est la règle constatée en presque tous les secteurs. Devront diminuer les nombres et les séquelles résultantes de l’exclusion sociale. On atteint, ainsi la réduction des indices d’alcoolisme, de la dénutrition infantile et de la dégradation sur l’environnement. Ceci est l’expectative du groupe devant la Réforme Agraire, représentée dans l’association entre les instances Fédérales, d’Etat et Municipales.

31L’actuelle administration municipale, élue dans l’année 2004, ira donner continuation aux travaux, qu’ont commencé dans l’année 1999, avec le défi d’accomplir le modèle de développement pour le district sur les bases économiques sociales et écologiques plus soutenables. Les indigènes ont l’appui et la participation du segment politique, tous eux avec représentation du CMDR, et en conjoint avec la communauté, participent effectivement dans les débats et dans l’élaboration de la proposition de travail.

32La condition fondamentale de nos actions, a priori sont études d’observations du comportement socio - interactif, recherche des habitudes, coutumes, principaux rituelles et collecte des données, tant sur le terrain, quant théoriques. Au plan précède une action de planification que motive et enflamme les prises de décisions. Un plan sans planification peut agréger composants imprévisibles significatifs.

33Nous croyons que avec cette attitude de cause et effet, que nous irons arriver à l’objectif principal de notre investigation qui est l’ordonnancement des communautés indigènes en son territoire, le rançon des valeurs de la citoyenneté, amélioration dans la qualité de vie avec support pour le développement durable d’une formule globale : l’homme/environnement.

Haut de page

Bibliographie

BRASIL/INCRA - Instituto Nacional de Colonização e da Reforma Agrária. 1998. PLANO DE AÇÃO PARA O DESENVOLVIMENTO SUSTENTÁVEL DOS ASSENTAMENTOS. Gabinete do Ministro de Estado Extraordinário de Política Fundiária, Brasília, DF, Brasil.

BRIGHENTI, A. Metodologia para um Processo de Planejamento Participativo. Edição Paulinas, 60 p, São Paulo, SP, 1998.

COSTA, P. C. L. Artesanato Indígena. Resgate de Valores In: (1999). In: Proposta Preliminar do Plano Municipal de Desenvolvimento Rural de Comodoro – PP/PMDR, Secretaria da Agricultura do Meio Ambiente – SEAMA, Prefeitura Municipal, Comodoro, MT, Brasil, 1999.

LUTZEMBERG, J. A. Fim do Futuro. Manifesto Ecológico Brasileiro. Porto Alegre, Brasil, Movimento Universidade do Rio Grande do Sul, 98 p, Porto Alegre, RS, Brasil, 1980.

MIRANDA, L. e AMORIM, L. Atlas do Estado de Mato Grosso, 1ª Ed. Entrelinhas, Cuiabá, 25 p, 2002.

PP/PMDR – Proposta Preliminar do Plano Municipal de Desenvolvimento Rural de Comodoro. 1999. Secretaria da Agricultura do Meio Ambiente – SEAMA, Prefeitura Municipal, Comodoro, MT, Brasil.

RICARDO, A. C. Os índios e a sociodiversidade nativa contemporânea no Brasil. In: SILVA. A. L. da. e GRUPIONI. L. D. B. (Coordenadores). A Temática Indígena na Escola. BRASIL. Ministério da Educação, Brasília, DF, Brasil, 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre  Image 1 – Aspects de la situation actuelle de la Communauté Indigène Nambikwara, dans le District de Comodoro
Crédits (Photos – Humberto Metello, 2010).      
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 1 – Esquisse de la carte de localisation de l’aire étudiée dans le district de Comodoro
Crédits (Source – Miranda et Amorim, 2002).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Image 2 – Détails du village de résidence des indiens Nambikwara, district de Comodoro
Crédits (Photo - Marta Cristina de Jesus Aparecida Nogueira, 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Images 3 – Construction d’une hutte
Légende Éléments de construction en bois et avec la couverture qui est réalisée avec les feuilles du palmier connu comme « buriti » (Mauritia vinifera)
Crédits (Photos – Deocleciano Bittencourt Rosa, 2006).   
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Image 4 – Un des moments d’une visite au village des Nambikwara dans le début des travaux, avec l’application d’un questionnaire
Crédits  (Photo – Lucelma Aparecida Nascimento, 2006).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Cristina de Jesus Aparecida Nogueira, Humberto da Silva Metello, Lucelma Aparecida Nascimento et Deocleciano Bittencourt Rosa, « Action integréee pour la valorisation et le respect des Indiens dans la communauté indigène Nambikwara – District de Comodoro, Mato grosso », Confins [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://confins.revues.org/8920 ; DOI : 10.4000/confins.8920

Haut de page

Auteurs

Marta Cristina de Jesus Aparecida Nogueira

Professeur de la Faculté d’Architeture et Urbanisme de l’Universidade Federal de Mato Grosso, Cidade Universitária, Av. Fernando Correa da Costa 2367. Boa Esperança. 78.060-900 – Cuiabá, MT,

Humberto da Silva Metello

Professeur de la Faculté d’Architeture et Urbanisme de l’Universidade Federal de Mato Grosso, hmetello@gmail.com

Lucelma Aparecida Nascimento

Chercheuse au niveau Doctorat à l’Université Rennes 2 – Laboratoire COSTEL. 6, Av. Gaston Berger, Bloc N. 35000 Villejean, Rennes, Cedex, France. lucelmamt@yahoo.com.br

Articles du même auteur

Deocleciano Bittencourt Rosa

Professeur du Programme de Post-Graduation en Géographie de l’Universidade Federal de Mato Grosso, Cidade Universitária, Av. Fernando Correa da Costa 2367. Boa Esperança. 78.060-900 – Cuiabá, Etat de Mato Grosso, Brésil. dbrosa@terra.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org