Navigation – Plan du site
Projetos de pesquisa

La récupération des déchets à Buenos Aires : un travail de l’âge global

Recuperar los residuos en Buenos Aires : un trabajo de la edad global
Marie-Noëlle Carré

Résumés

À Buenos Aires (Argentine), la récupération des déchets recyclables a mis à jour de nouvelles dynamiques de travail et d’organisation économique et sociale intrinsèquement liées aux processus de métropolisation intervenus dans les années 1990. Depuis la fin de la crise de 2001, cette activité s’est pérennisée, interrogeant par la même occasion les conditions de son inscription durable dans les territoires métropolitains. En partant de l’hypothèse que la récupération consiste en un travail de l’âge global, il s’agira de mettre en évidence ses caractéristiques et les difficultés que rencontrent les acteurs de la métropole pour la consolider dans les cadres politico-administratifs existants. De fait, autant sa précarité que ses modalités innovantes sont liées à son double ancrage dans les territoires locaux et dans les réseaux économiques et informationnels globaux, ce qui permet de la définir comme une activité hybride. Dans ces conditions, l’inscription dans les dynamiques métropolitaines brouille la dichotomie entre la mondialisation « par le haut » et « par le bas » retenue pour différencier les circuits formels et informels. La récupération des déchets au XXIe siècle est née de la concentration des investissements directs étrangers, de l’accroissement des contrastes socio-économique et des transformations morphologiques de Buenos Aires. Mais elle n’existerait pas non plus si elle ne fonctionnait pas selon des réseaux capillaires, et dans une profonde informalité. Les récupérateurs et les décideurs urbains sont donc amenés à inventer des arrangements pour prendre en compte les enjeux sociaux, économiques, environnementaux et territoriaux nouveaux de cette activité. L’expression la plus intéressante et novatrice de ce processus est l’émergence de la sélection des déchets recyclables comme un service exclusif de première classe pour les territoires métropolitains plus que comme un service de base pour toute l’agglomération.

Haut de page

Texte intégral

1Dix ans après la crise de 2001, en Argentine, la pratique de la récupération des déchets est une option que retiennent encore plusieurs dizaines de milliers de personnes à Buenos Aires pour survivre et assurer un revenu minimal à leur famille. Ce panorama social et économique de la plus grande agglomération argentine, qui rassemble près de 14 millions d’habitants (INDEC, 2010), rejoint le quotidien de la plupart des métropoles en développement. La pérennisation d’une activité à la fois précaire et innovante dans ses configurations territoriales semble donc étroitement liée à la métropolisation. En effet, cette dernière, « traduction spatiale de la mondialisation » a entraîné de profondes mutations économiques, sociales et morphologiques de Buenos Aires, et coïncide largement avec les politiques néolibérales mises en œuvre dans l’agglomération et le pays dans les années 1990. La crise de 2001 n’a pas interrompu ce processus malgré les critiques portées à l’encontre de ce modèle de développement et la récupération des déchets, de son côté, n’a pas connu d’affaiblissement même au retour de la croissance en 2003. On peut donc considérer que les bouleversements du tournant du XXIe siècle ont servi de révélateurs, plutôt que de déclencheurs, des modalités sociales, économiques et territoriales de la récupération, qui coïncide avec l’entrée de Buenos Aires dans « l’âge global ». L’expression désigne un « état des affaires, un ensemble de conditions sociales qui signalent de nombreux changements dans nos vies » (Giddens, 2006), et qui fait affleurer « un sens de l’interconnexion de tous les êtres humains, d’un sort commun pour l’espèce humaine et d’une menace de la vie sur Terre » (Albrow, 1996). Cette acception vaste qui, en français, s’apparente plutôt à un « âge mondial » se différencie de l’ensemble de processus complexes, responsables de ces changements. Dans la mesure où la métropole de Buenos Aires continue de se transformer, il semble difficile de séparer l’état « global » des processus de mondialisation qui l’engendrent. Dans ces conditions, la récupération, autant que les déchets (Garcier, 2012), constitue un des « marqueurs de la mondialisation », dans laquelle convergent la pertinence de l’échelle du monde, l’orientation des flux économiques et la finitude de l’environnement (Ghorra-Gobin, 2012). Il s’agira de montrer que l’originalité de ce travail réside dans son hybridité : appartenant autant à la mondialisation « par le bas » (Portes, 1999) qu’à la mondialisation « par le haut », les récupérateurs recherchent des arrangements nouveaux pour consolider leur activité, à une interface inédite entre local et global.

2La première partie montrera que les politiques néolibérales à Buenos Aires sont à l’origine de la précarisation d’une portion de la population, mais aussi des conditions de l’apparition de la récupération. La deuxième partie montrera que l’absence ou l’inadaptation des cadres sociaux, économiques et territoriaux existants conduit les récupérateurs à mettre à l’essai des arrangements nouveaux, qui valorisent la dimension globale de leur activité.

La récupération des déchets, fruit de la mondialisation de Buenos Aires

3Dans la métropole de Buenos Aires, l’apparition massive des cartoneros aux prémices de la profonde récession qui précède la crise de 2001, a fait le tour du monde sous forme d’images, de films, d’articles scientifiques et de journaux. Elles véhiculaient un double message de profonde misère urbaine mais aussi d’innovation dans la recherche de stratégie de survie. L’irruption de ces récupérateurs de déchets dans le centre de la ville, qui, jusqu’alors, avait soigné son image de « petit Paris de l’Amérique latine », a aussi permis d’effectuer l’état des lieux de trois transformations de la métropole liées à la mondialisation : l’accroissement de contrastes socio-économiques entre les territoires ; les transformations différenciées dans l’espace de la consommation ; la connectivité dans les territoires métropolitains.

Le travail des cartoneros : un produit de la fragmentation sociale ?

4Pour l’économiste argentin Jorge Schvarzer (2003), la crise de 2001 constitue l’« échec d’un système historique pervers », le néolibéralisme, impulsé lors de la dernière dictature militaire, en 1976, et accentué durant les années 1990 par le président Carlos Menem (1989-2000). Sous l’effet de politiques de rationalisation de la gestion de l’Etat et de la dérégulation des marchés nationaux cette décennie a été celle d’une forte dégradation des conditions du travail, et tout particulièrement de l’emploi. La métropole de Buenos Aires, qui concentre près d’un tiers de la population du pays et la moitié de la production du PIB, est particulièrement touchée par ces transformations. Plus de 50% de la population est plongée sous le seuil de pauvreté en 2001 (Necesidades Básicas Insatisfechas) dans certaines municipalités de la métropole. Quant au chômage, il frappe jusqu’à 25% de la population du Grand Buenos Aires, sans compter les situations de sous-emploi. Cette dynamique s’amorce dès le retour de la démocratie, en 1983, et prend une force croissante dans les années 1990. Au chômage et à la pauvreté, s’ajoute la précarisation du logement : selon Maria Cristina Cravino et al. (2008), la population des villas et asentamientos, les quartiers informels construits sur des terrains non viables (inondables, pollués) se multiplie par près de deux entre 1981 et 2001, passant de 328 000 à 702 000 habitants. Ainsi, alors qu’une partie de la classe moyenne supérieure a « gagné » à la métropolisation de Buenos Aires, et a vu son niveau de vie augmenter, une majorité a été confrontée à des difficultés croissantes, à l’érosion de son revenu. Ces « nupobres », un néologisme créé par Alberto Minujin (1992) pour désigner les « nouveaux pauvres », se sont ajoutés aux rangs des populations déjà précarisées.

Photo 1 – Un récupérateur de déchets sur l’Avenue 9 de Julio à Buenos Aires (2008)

Photo 1 – Un récupérateur de déchets sur l’Avenue 9 de Julio à Buenos Aires (2008)

5En 2003, le nombre des personnes qui vivent de la récupération des déchets est estimé à plus de 10 000 dans la métropole (Suárez, 2011). L’activité, de nature informelle, met à nu les signes d’une très grande détresse sociale. Au plus fort de la crise, les individus travaillent parfois avec leurs enfants, et tractent à leur seule force de leurs bras, ou à l’aide d’un animal de trait, des charges de plusieurs centaines de kilos, sur plusieurs kilomètres de distance (photo 1). Au cours d’une enquête menée en 2007 auprès de 397 cartoneros, la sociologue canadienne Kate Parizeau (2011, p.285) a relevé les indicateurs de la dangerosité du travail énoncés par les récupérateurs eux-mêmes. Les risques routiers et sanitaires sont les plus cruciaux : l’absence de signalisation conduit parfois à des accidents de la circulation ; les récupérateurs plongent à mains nues dans les poubelles pour en extraire les matériaux recyclables.

Distribution des déchets, distribution des richesses : contrastes spatiaux

6Ce portrait social dramatique a entraîné une forte commotion dans la ville de Buenos Aires. Il n’est pas possible d’en comprendre la charge symbolique dans ce « Petit Paris de l’Amérique latine » sans prendre en compte la distribution spatiale des contrastes sociaux dans l’agglomération. La concentration des ressources économiques dans le centre de la ville, qui a bénéficié davantage que le reste de la métropole de l’ouverture néolibérale, a fait surgir l’image de l’« îlot de richesse dans un océan de pauvreté » (Coy, Pöhler, 2002). Depuis les années 1970, les gouvernements urbains et nationaux s’évertuent à faire de la ville-centre cette « Buenos Aires primer mundo » sur laquelle le président Carlos Menem a construit sa campagne présidentielle, en 1989. Transformations urbanistiques lourdes durant la dictature et investissements directs étrangers immobiliers dans les années 1990 ont durablement transformé le paysage urbain, faisant barrage à la malédiction de la ville « plate et sans avenir » que proférait Le Corbusier en 1936. En contrepoint de cette dynamique, la ville centre de Buenos Aires a aussi connu une augmentation de la production de ses déchets recyclables en quantités à nulles autres pareilles dans la métropole (carte 1). La production de déchets par habitant s’est multipliée par deux depuis les années 1970 dans les quartiers centraux, les plus aisés. En outre, la part de déchets alimentaires a diminué, tandis que celle des déchets d’emballages a fortement augmenté. Le plastique PET a fait son apparition dans les années 1980, remplaçant progressivement les bouteilles de verre. Dans cette fraction de la ville, la population a connu une augmentation généralisée de son niveau de vie et ses résidents disposent du PIB par habitant le plus élevé du pays.

Carte 1 - Structure centre-périphérique de la production de déchets

Carte 1 - Structure centre-périphérique de la production de déchets

7L’image de « l’océan de pauvreté », de son côté, mériterait d’être nuancée dans la mesure où les espaces métropolitains sont complexes et diversifiés, avec des profils d’activités différents. On constate que, dans l’espace métropolitain, les municipalités dans lesquelles se concentrent les quartiers informels, les villas et les asentamientos, sont aussi les plus lourdement frappées par la pauvreté. La ceinture qui concentre 38 à 53% de pauvreté affronte aussi les effets de la reconversion industrielle (carte 2). Des faillites massives sont enregistrées à Gral. San Martin, à La Matanza, et dans le sud, où les usines sont incapables de résister à la mise en concurrence avec des produits venus de l’extérieur du pays, moins onéreux, dans un contexte de dérégulation économique. Marie-France Prévôt-Schapira (2000) indique que, jusqu’à la fin des années 1990, les populations appauvries situées dans ces municipalités, sont largement immobilisées dans leur quartier. A partir d’une analyse des modalités d’accès aux aides sociales, elle met en évidence que la distribution des paniers alimentaires selon des logiques capillaire, à domicile et souvent partisanes, limite la circulation hors du lieu de résidence. Ces quartiers sous perfusion accèdent à des formes de consommation populaire : posséder des équipements électroménagers de base (réfrigérateur, téléphone portable, télévision) n’est plus toujours un signe distinctif de pauvreté. Néanmoins, la production de déchets n’équivaut pas à celle du centre : les volumes et les quantités produits ne dépassent pas 800 grammes dans certains quartiers. La part des produits alimentaires occupe encore une grande portion des ordures ménagères, également caractérisées par les moindres quantités de déchets recyclables.

Carte 2 - Les effets de la crise de 2001 dans la métropole de Buenos Aires

Carte 2 - Les effets de la crise de 2001 dans la métropole de Buenos Aires

8Le troisième pilier de l’activité de la récupération, comme fruit de la mondialisation de Buenos Aires, est donc celui de la connectivité : il met en relation des quartiers pauvres et périphériques avec des quartiers aisés et centraux  les infrastructures de transport rapide instaurent des relations socio-économiques inédites dans la métropole.

La connectivité, moyen métropolitain de la récupération des déchets

9L’arrivée quotidienne de milliers de récupérateurs dans la ville-centre de Buenos Aires a marqué l’entrée de la plus grande misère dans le cœur économique national, alors relativement préservé de la pauvreté. Ils avaient quasiment disparu du paysage social du centre depuis la dictature : en 1977, des ordonnances punissaient de prison la collecte de matériaux dans les ordures et les pauvres avaient été repoussés au-delà des limites de la ville-centre par des méthodes répressives. A partir de 1998, le recours à la récupération des déchets entraîne le développement de dynamiques spatiales qui se superposent à celles des travailleurs formels des banlieues qui se rendent vers le centre de la ville pour travailler. Lorsque ces derniers commencent à revenir chez eux, que les bureaux et les commerces ferment et que les employés, les concierges et les habitants du centre déposent leurs poubelles sur le trottoir, les récupérateurs affluent vers le cœur de la métropole. Ils empruntent les trains suburbains ou bien louent une place dans un camion qui, par les autoroutes, les achemine et les dépose dans la ville. Durant les années 1990, des efforts financiers importants ont été fournis pour consolider un réseau autoroutier dont la dictature militaire avait posé les bases (1976-1983). Les investissements directs étrangers placés dans les banlieues de Buenos Aires servent à prolonger les axes existants, pour faire des supports aux centres commerciaux, parcs industriels et quartiers fermés (countries) (Ciccolella, 1999).

10La récupération des déchets qui s’amorce durant la crise tire donc son originalité d’un changement d’échelle, lié au recours à ces infrastructures métropolitaines. En s’appuyant sur sur les contrastes de la fragmentation socio-spatiale et sur la connectivité, elle s’inscrit en rupture avec les modalités de la récupération telle qu’elle existait à Buenos Aires à la fin du XIXe siècle ou dans la première moitié du XXe siècle. En effet, le chiffonnier, ou ciruja, était un personnage marginal, mais bien connu des habitants des quartiers de la ville. A l’inverse, le cartonero du XXIe siècle fonde son activité sur la connectivité métropolitaine. Selon une estimation du Programme des Récupérateurs Urbains (PRU) créé en 2003 pour mieux connaître l’activité, les récupérateursprélèveraient environ 10% du total des déchets produits par la ville de Buenos Aires, soit près de 600 tonnes par jour. Enfin, ils focalisent leur attention sur les produits d’emballages tels que le carton, le papier, le plastique PET (bouteilles), et dans un second temps sur les métaux, plus rares et difficiles à trouver. Néanmoins, les flux de matières premières secondaires qu’ils font circuler individuellement entre la ville-centre et leur domicile, sont capillaires. Les matériaux sont ensuite remis à des intermédiaires informels, qui eux-mêmes amassent des quantités de matières premières secondaires plus importantes dans leurs infrastructures de stockage (hangars, entrepôts). Ils les revendent à leur tour à des intermédiaires plus spécialisés, ou de plus grande taille, et à l’issue du parcours, les déchets d’emballages rentrent dans les circuits de transformation de l’industrie du recyclage ou sont exportés vers l’étranger.

11La récupération des déchets que potentialise la crise de 2001 naît donc de certaines des mutations sociales, économiques et morphologiques de la métropole de Buenos Aires. Elle est autant le fruit de dynamiques de mondialisation « par le haut » (concentration des richesses, augmentation des contrastes socio-économiques et spatiaux, mutations morphologiques de la métropole) que de dynamiques de mondialisation « par le bas » (informalité, capillarité, clandestinité). Comment se reconfigure cette activité lorsqu’à l’issue de la crise, en 2003, l’Etat tente de reprendre en main le développement du pays et de la métropole ?

La récupération des déchets, service métropolitain ?

12A partir de 2003, l’Etat argentin fait preuve d’un plus grand interventionnisme en réaction au retrait préconisé par la Banque Mondiale et le FMI durant les années 1990. Tournée vers le soutien à la consommation et à l’activité économique, cette action publique ne touche que de manière périphérique les récupérateurs de déchets. Or, les difficultés récurrentes que rencontrent autant les gouvernements locaux que les récupérateurs urbains pour intégrer ces derniers sont aussi intrinsèques à la nature métropolitaine de l’activité. La transjuridictionnalité, l’informalité et le caractère archipélagique des territoires de la récupération mettent à mal les cadres politico-administratifs dans lesquels se déroule habituellement l’action publique territoriale et donnent lieu à la recherche de stratégies alternatives par les récupérateurs pour parvenir, malgré tout, à faire reconnaître leur activité.

Les coopératives de récupérateurs face à l’émergence des coopératives d’équipement

13A partir de la fin des années 1990, certains récupérateurs se regroupent en coopératives de travail pour mieux faire face à la précarité de leur activité. Il s’agit de la modalité la plus largement retenue par ces acteurs informels dans les grandes villes du monde (Medina, 2000). Le rassemblement dans ces structures peu contraignantes leur permet de mettre en commun le fruit de leur collecte de matières premières secondaires. Ils parviennent à obtenir de meilleurs prix auprès des intermédiaires de revente, réussissant même parfois à passer un échelon de revente. Néanmoins, à Buenos Aires, les coopératives peinent à s’insérer dans les politiques d’intégration sociale que le gouvernement central déploie à partir de 2009, à travers le programme « Argentina Trabaja ». Celui-ci absorbe près de 6% du budget du ministère du développement social (Ministerio de Economía y Finanzas Públicas de la Nación, 2013, p.7) et doit labelliser les coopératives de travail que les municipalités créent, en regroupant des individus pauvres et au chômage, issus de quartiers défavorisés. Ces groupes sont investis de la mission d’équiper leur quartier en infrastructures de base collectives : logement, assainissement, eau, électricité, voirie, amélioration des espaces verts. En 2011, le nombre total de coopératives dépassait 2000, et celui des participants s’élevait à plus de 200 000 avec une concentration dans la métropole de Buenos Aires.

14Cependant, cette modalité d’organisation, dans le maillage politico-administratif existant, cadre mal avec l’activité des coopératives de récupérateurs qui, quant à elles, travaillent souvent selon des logiques transjuridictionnelles. En provenance d’une entité politico-administrative, les récupérateurs franchissent des frontières municipales et provinciales parfois multiples pour mener à bien leur collecte. Or, l’agglomération est profondément divisée d’un point de vue politique (Prévôt-Schapira, 2001). Elle se déploie sur près de trente-quatre municipalités où, les intendants, affublés du sobriquet de « barons du conurbano », veillent avec jalousie sur leur territoires, leur électorat et leurs prérogatives, parfois dans l’opacité. Elle recouvre aussi deux entités de niveau provincial, la ville de Buenos Aires et la Province de Buenos Aires qui entretiennent des rivalités politiques depuis 1880, date à laquelle la ville devient capitale fédérale. Enfin, le niveau central du gouvernement, péroniste, garde un œil vigilant sur cet espace stratégique, dont l’enclave centrale, la ville de Buenos Aires, est aisée et gouvernée par la droite libérale. Ces tensions et surtout la circulation des récupérateurs entre les entités situent en porte-à-faux les coopératives qui aspirent au soutien financier de l’Etat. Ainsi, lorsque les récupérateurs du conurbanose rendent dans la ville de Buenos Aires, il est difficile de définir s’ils doivent être pris en charge par leur municipalité d’origine, où ils vivent, ou par la ville-centre, celle où ils travaillent et fournissent un service.

De Petites et Moyennes Entreprises : service de conditionnement et informalité

15Durant la crise de 2001, la récupération a pu se développer parce que les contours de l’activité étaient mal définis et que ses acteurs ont saisi les potentialités créatives de l’informalité pour survivre (Lévy, 2013). Cette inventivité a fasciné et contribué à l’élévation de Buenos Aires au rang de « laboratoire social ». Mais plus de dix ans après la crise, elle invite à une analyse plus approfondie et à une meilleure compréhension de la place de pivot qu’elle occupe dans les filières du recyclage. La structure des filières de recyclage des déchets s’organise autour de grands établissements argentins ou étrangers qui pratiquent la transformation, et de petites et moyennes entreprises, auxquelles on peut assimiler les coopératives. Ces dernières participent à la production d’une « économie à distance » (Amin, Thrift, 2002) dans laquelle l’informalité joue un rôle fonctionnel, assurant une circulation capillaire des matériaux, qui participent aussi à des flux financiers majeurs. Selon le dernier rapport de la Banque Mondiale, le seul recyclage du métal et du papier-carton dans le monde, représentait près de 30 milliards de dollars par an (Hoornweg, Bhada-Tata, 2012, p.27). En Argentine, la dévaluation du peso argentin a entraîné une reconfiguration du secteur du recyclage, avec moins d’import de matériaux recyclables, et un resserrement de la demande sur le marché local. Cette tendance, qui existait déjà peu avant la crise de 2001 (Borello, 1997), s’est accrue à partir de 2002. Comme l’indiquent Francisco Suárez et al. (à paraître) pour les plastiques, 70% des matières premières secondaires réinjectées dans les circuits de valorisation matérielle proviennent des circuits de la récupération informelle. La majorité du PET (bouteilles) collecté en Argentine est embarqué vers la Chine.

16Même si tous les matériaux ne connaissent pas ce destin global, la très faible régulation des marchés rend ses acteurs très dépendants des variations des prix sur les marchés mondiaux. Au début de l’année 2009, en raison de la crise mondiale, les cours de l’ensemble des matières premières secondaires chutent brusquement. Le cours du papier blanc, le mieux rémunéré, passe de 85 à 50 centimes de pesos le kilo ; le plastique PET s’effondre de 120 à 85 centimes le kilo. Déclarant participer à la réinsertion de 12% des déchets de la ville de Buenos Aires dans les circuits du recyclage, les récupérateurs revendiquent alors une régulation locale, au moins partielle, des fluctuations des marchés mondiaux, dont dépend directement leur revenu. Cependant, les organismes de représentation des entrepreneurs formels du recyclage s’opposent vivement à la mise en place de dispositifs pollueur-payeur, dans lesquels l’industriel devrait cotiser au recyclage ou au traitement adéquat des emballages qu’il produit. Ce basculement de l’amont de la filière vers la formalité entraînerait, à son tour, une élévation des coûts de production.

17La distribution géographique intra-métropolitaine des lieux de production des matières premières secondaires, de conditionnement et de transformation, et de revente parachève le tout. Son analyse permet d’interroger les conditions concrètes dans lesquelles pourrait être mis en place un tel dispositif de régulation et de formalisation de la récupération. L’organisme de coopération allemande GTZ a déjà mis en évidence les effets de frontière entre Mexique et Etats-Unis. Les déchets d’emballages mexicains sont vendus aux acteurs commerciaux étatsuniens, qui les font transformer dans les maquiladoras mexicaines, avant de leur faire franchir nouvellement le Río Grande, et, in fine, de vendre les emballages confectionnés au Mexique. A l’inverse, à Buenos Aires, la frontière entre la ville-centre, principal lieu de concentration de déchets recyclables, et la Province de Buenos Aires, où se situent les structures de conditionnement et de transformation est lâche et poreuse. D’une part, pour le gouvernement de la ville de Buenos Aires, le prélèvement d’une partie de ses déchets et leur injection dans les circuits du recyclage constitue une double aubaine : ils permettent de diminuer les quantités de déchets à traiter par l’enfouissement, une méthode qui lui est toujours plus coûteuse. En outre, l’activité des récupérateurs sert la politique de promotion de territoires « durables » qu’il s’efforce de mettre en œuvre. Côté province de Buenos Aires, la circulation informelle et libre des matériaux ne suscite pas vraiment de débat non plus, dans la mesure où, face à la nouvelle récession économique, l’activité soutient tout un pan du secteur industriel provincial.

Les services pour les territoires métropolitains : des arrangements particuliers

18Si, en aval, les récupérateurs agissent comme prestataires informels de services de conditionnement aux entreprises de recyclage, en amont elles fournissent des services pour les territoires les plus métropolisés de Buenos Aires. Cependant, la circulation des récupérateurs dans ces espaces les plus aisés et les plus intensément connectés aux autres espaces mondialisés de la planète, suscite une attention bien plus aigue que celle des matériaux. Dans la mesure où les portions de l’agglomération les plus intégrées au niveau mondial sont les principales bénéficiaires de la récupération, le critère qualitatif du tri des déchets donne à la récupération une dimension « première classe », telle que Stephen Graham et Simon Marvin (2001) ont pu l’identifier pour d’autres services. Dans ces conditions, le tri sélectif des déchets deviendrait une aménité exclusive, destinée à des espaces « premium », mais fournie par une frange d’individus très fragilisés.

Carte 3 – Les territoires des coopératives de récupérateurs dans la métropole

Carte 3 – Les territoires des coopératives de récupérateurs dans la métropole

19De fait, ces configurations en archipel résultent de dynamiques esquissées durant la crise et consolidées par la suite. La carte 3 met en évidence l’existence de paires de quartiers, en 2010. En l’absence de structures d’encadrement et de régulation des marchés, des arrangements spécifiques se sont déroulés entre les récupérateurs les plus organisés et les acteurs des fractions de ces territoires concernées par la récupération. La première stratégie a consisté à légitimer l’activité en faisant reconnaître sa légalité et ses bénéfices pour l’environnement. Ainsi, à partir de 2002, ceux des récupérateurs qui sont parvenus à se réunir en coopératives dialoguent suffisamment avec le gouvernement urbain pour obtenir la promulgation de la loi des récupérateurs urbains (Loi 992). Le second pas à franchir a été la formalisation de la récupération comme service urbain. Ainsi, dans la ville de Buenos Aires, à partir de 2010, des contrats au cas par cas sont passés avec les plus grands des organismes, qui rassemblent plus d’un millier de récupérateurs. Les méga-coopératives concernées sont engagées à restreindre leur présence dans la ville, et à accepter les dispositifs de surveillance mis en place par le gouvernement contre une rémunération plus conséquente. Les récupérateurs trient de nuit, sur le trottoir, et continuent à fouiller dans les sacs poubelles. Ce troc de la liberté de circulation contre une rémunération répond surtout à la volonté des décideurs urbains de gérer les pauvres dans des espaces très aisés. Il s’agit plus d’une politique sociale que d’une politique environnementale. En effet, faute de moyens, le travail de sensibilisation auprès des habitants est extrêmement réduit, ceux-ci ne pratiquant quasiment pas le tri à domicile.

20Des arrangements similaires ont pu être repérés dans le quartier fermé de Nordelta, où vivent environ 10 000 habitants. Les acteurs sont la coopérative Creando Conciencias et le conseil des habitants du quartier fermé (carte ci-dessous). La coopérative assure tout le service de gestion des déchets, en proposant un passage différencié pour les matériaux recyclables et ceux qui sont destinés à l’enfouissement. Le camion des récupérateurs circule dans le quartier fermé, mais les récupérateurs n’ont pas de contact direct avec les habitants. Ils collectent les sacs entreposés sur les trottoirs puis les acheminent vers leur centre de tri, situé dans le quartier modeste voisin de Benavídez.

21S’il est possible de considérer ces relations naissantes comme un pas vers une gestion des déchets plus durable, on peut mettre en doute la capacité de la récupération à activer un changement dans les pratiques citoyennes relatives aux déchets. En effet, des travaux récents montrent que bon nombre de villes industrialisées s’achemineraient vers la coproduction de leurs services par les usagers (Coutard, Rutherford, 2009). Dans le cas de la récupération, le maillon du tri sélectif à domicile reste encore une étape à franchir, que ce soit parce qu’il est considéré comme un enjeu secondaire face à l’équipement de base, comme un enjeu inexistant dans les médias, ou encore comme une activité dévolue aux plus marginalisés.

22

Carte 4 – Un service première classe dans la métropole fragmentée : la coopérative Creando Conciencias à Nordelta

Carte 4 – Un service première classe dans la métropole fragmentée : la coopérative Creando Conciencias à Nordelta

Conclusion

23En tentant de mettre en évidence que la récupération des déchets qui prend place à Buenos Aires depuis la fin des années 1990 est intrinsèquement liée aux dynamiques de la mondialisation, cet article a surtout souligné l’hybridité de cette activité. Elle appartient à une mondialisation « par le haut », tirant parti des logiques de concentration du capital, des contrastes socio-économiques et des mutations morphologiques de Buenos Aires. Mais elle active aussi des logiques de mondialisation « par le bas », continuant à relever de l’informalité, de l’artisanat et de la capillarité. Les arrangements au cas par cas que les récupérateurs passent avec les gouvernements urbains ou les territoires privatisés dans la métropole illustrent particulièrement bien l’indéfinition de l’activité et les difficultés des gouvernements locaux à la saisir comme un tout, à la fois local et global, formel et informel, avec des enjeux d’ordre environnemental et social. Il est intéressant de constater qu’aujourd’hui, certains acteurs s’inspirent du modèle brésilien pour tenter de faire rentrer les récupérateurs argentins dans des structures plus hiérarchisées et rigides que les coopératives. La syndicalisation de ces individus leur permettrait d’avoir des revendications centralisées et de disposer d’un poids plus important pour demander la formalisation de leur activité et une rémunération plus conséquente pour le service environnemental rendu. Néanmoins, une radioscopie rapide des plates-formes électroniques construites par les récupérateurs de déchets et les ONG professionnelles qui les soutiennent mettent en évidence deux tendances qui, à leur tour, interrogent la viabilité de structures centralisées et organisées au niveau national. Tout d’abord, on repère différents profils, sur lesquels mettent l’accent ces structures : WIEGO insiste sur le genre et l’informalité ; Global Rec sur l’activité de la récupération ; RED Lacre, sur la latino-américanité des acteurs, et la plupart sur la dimension environnementale. Ensuite, ces sites vont dans le sens de la construction d’une identité transnationale, plutôt que nationale ou même urbaine. De fait, les tensions entre les différents acteurs, de nature idéologique ou politique, conduit à ce que cet emboîtement soit imparfait (Fernández, à paraître) et que les groupes d’une même agglomération s’identifient à des réseaux différents. Mais surtout, le recours même à ces plates-formes montre que la révolution numérique a aussi conduit aussi les acteurs informels locaux à jouer sur plusieurs tableaux pour déjouer les entraves posées par des cadres politico-administratifs qui ne répondaient plus à leurs besoins en matière de visibilité et de contention. Il reste à savoir si ces réseaux auront suffisamment de force pour se poser en interlocuteurs institutionnels et faire reconnaître la dimension globale de la récupération.

Haut de page

Bibliographie

Albrow M. The Global Age: State and Society Beyond Modernity. Stanford: Stanford University Press, 246 p., 1997.

Amin A., Thrift N. « Repensando la teoría urbana: las ciudades y las economías de distancia ». In :Subirats (dir.). Redes, territorios y gobierno. Nuevas respuestas globales a los retos de la globalización. Barcelona: Diputació de Barcelona, 2002, p. 81-108.

Borello J.A. La industria argentina de celulosa y papel: reestructuración, reciclado, calidad y localización. Buenos Aires: CEUR-CEA, coll. “Informes de Investigación del

CEUR », 86 p., 1997.

Ciccolella P. « Globalización y dualización en la Región Metropolitana de Buenos Aires: grandes inversiones y reestructuración socioterritorial en los años noventa ». EURE (Santiago), vol.25, n.76, p.5-27, 1999.

Coy M., Pöhler M. « Gated Communities in Latin American Megacities: Case Studies in Brazil and Argentina ». Environment and Planning B, n.29, p. 355-370, 2002.

Coutard O., Rutherford J. « Les réseaux transformés par leurs marges : développement et ambivalence des techniques « décentralisées ». Flux, n.76-77, 2009, p.6-13.

Cravino M.C. et al. « Magnitud y crecimiento de las villas y asentamientos en el Área Metropolitana de Buenos Aires en los últimos 25 años ». In : Encuentro de la Red ULACAV, 2008, Buenos Aires. Disponible sur : http://www.fadu.uba.ar/mail/difusion_extension/090206_pon.pdf

Fernández L. « Hacia una articulación global de recuperadores ». In: Suárez, Schamber. (comp.) Recicloscopio III. Miradas sobre recuperadores urbanos de residuos de América Latina, à paraître.

Garcier R. « Déchets ». In : Ghorra-Gobin.(org.) Dictionnaire critique de la mondialisation. Paris: Armand Colin, 648 p., 2012.

Ghorra-Gobin C. (org.) Dictionnaire critique de la mondialisation. Paris: Armand Colin, 648 p., 2012.

Giddens A.  Europe in the Global Age. Londres: Polity, 224 p., 2006.

Hoornweg D., Bhada-Tata P. What a Waste. A global review of Solid Waste Management. Rapport final. Washington: World Bank, coll. “Urban Development Series”, 98 p., 2012.

INDEC. Censo Nacional de Población, Hogares, Vivienda. 2010. Disponible sur: http://www.censo2010.indec.gov.ar/, consulté le 26 août 2013.

Marvin S., Graham S. Splintering Urbanism. London : Routledge, 2001.

Portes A. « La mondialisation par le bas ». Actes de la recherche en sciences sociales, n.129, p. 15-25, 1999.

Ministerio de Desarrollo Social de la Nación (Argentine). Argentina Trabaja. Ingreso Social con Trabajo. Ejecución del Programa: Principales Resultados al primer semestre 2011 Disponible sur: http://www.desarrollosocial.gob.ar/ingresosocialcontrabajo/114, consulté le 23 juillet 2013.

Minujin A. (ed). Cuesta abajo. Los nuevos pobres: efectos de la crisis en la sociedad argentina. Buenos Aires: Losada, 300 p., 1992.

Parizeau K. « Un Estudio de la Salud de los Cartoneros de Buenos Aires. Peligro y Desigualdad ». In: Suárez, Schamber. (comp.) Recicloscopio II. Miradas sobre recuperadores urbanos de residuos de América Latina. Lanús: UNLa/UNGS/Prometeo, 2011, p.285-315.

Pliez O. « Des jeans chinois dans les rues du Caire ou les espaces discrets de la mondialisation ». Mappemonde, 2007, n.88, 14 p. Disponible sur: http://mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07404.html

Prévôt-Schapira, M.-F. « Buenos Aires : Métropolisation et nouvel ordre politique » Hérodote, n°101, 2001, p. 121-151.

Prévôt-Schapira M.-F. « Du PAN au plan de justice sociale. Les politiques de lutte contre la pauvreté dans les banlieues de Buenos Aires ». Annales de la Recherche Urbaine, n.86, 2000, p. 132-143.

Schvarzer J. « La crisis en Argentina. El fracaso de un sistema histórico perverso ». Revista Europea de Estudios Latinoamericanos y del Caribe, n.74, p. 85-89, 2003.

Suárez F. Residuos, territorios, representaciones e identidades. Una mirada sociocultural de los sitios de disposición y de los circuitos de recuperación de residuos Sólidos Urbanos en Buenos Aires, 325 p., 2011.

Suárez F.et al. « El reciclado de plástico en la región metropolitana de Buenos Aires ». In:Suárez, Schamber. (comp.) Recicloscopio III. Miradas sobre recuperadores urbanos de residuos de América Latina. Lanús: UNLa/UNGS/Prometeo, à paraître.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 – Un récupérateur de déchets sur l’Avenue 9 de Julio à Buenos Aires (2008)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8956/img-1.png
Fichier image/png, 483k
Titre Carte 1 - Structure centre-périphérique de la production de déchets
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8956/img-2.png
Fichier image/png, 216k
Titre Carte 2 - Les effets de la crise de 2001 dans la métropole de Buenos Aires
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8956/img-3.png
Fichier image/png, 267k
Titre Carte 3 – Les territoires des coopératives de récupérateurs dans la métropole
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8956/img-4.png
Fichier image/png, 228k
Titre Carte 4 – Un service première classe dans la métropole fragmentée : la coopérative Creando Conciencias à Nordelta
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8956/img-5.png
Fichier image/png, 556k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Noëlle Carré, « La récupération des déchets à Buenos Aires : un travail de l’âge global », Confins [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 15 mars 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://confins.revues.org/8956 ; DOI : 10.4000/confins.8956

Haut de page

Auteur

Marie-Noëlle Carré

Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, Institut des Hautes Etudes d'Amérique latine, Centre de Recherche et de Documentation des Amériques, marie-noelle.carre@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org