Navigation – Plan du site

Fragmentation sociospatiale à Brasília et Curitiba : villes différentes, villes inégalitaires

Fragmentação socioespacial em Brasília e Curitiba : cidades diferentes, cidades desiguais
Socio-spatial fragmentation in Brasilia and Curitiba : different cities, uneven cities
Igor Catalão

Résumés

Différence et inégalité sont des notions apparemment coïncidentes dont les implications dans la production et l’appropriation de l’espace ne coïncident pas, notamment dans les métropoles qui sont des espaces plus complexes et hétérogènes. L’on propose dans ce texte de comprendre comment les différences et les inégalités, combinées d’une façon contradictoire, mènent à la formation de la ville fragmentée. Cette analyse se fait à partir d’une brève comparaison entre les agglomérations métropolitaines de Brasilia et de Curitiba. Les résultats présentés sont issus d’une recherche achevée sur les deux métropoles et fournissent des éléments pour une discussion sur le processus de fragmentation sociospatiale qui s’explicite : d’un côté, par la permanence du centre-ville comme lieu de concentration de biens et d’équipements urbains sophistiqués et de la périphérie comme zone de concentration de pauvreté et précarité ; de l’autre côté, par la requalification de ce rapport centre-périphérie possible à partir de la prolifération de quartiers fermés comme lieu préférable de résidence urbaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une partie de ce texte a été présentée de façon préliminaire et en langue portugaise au II Seminári (...)

1La ville est une construction humaine qui n’a jamais été surmontée en termes d’hétérogénéité et de complexité. La métropole rend cela possible aussi quantitativement que qualitativement à partir d’un jeu entre différences et inégalités sociospatiales, que l’on propose d’analyser dans ce texte à partir de la comparaison des agglomérations de Brasilia, capitale brésilienne, et de Curitiba, capitale de l’état du Paraná1.

2Tout d’abord, on essaye de récupérer la compréhension de la différence pour, ensuite, la différencier de l’inégalité. Les deux métropoles sont ensuite analysées dans leurs spécificités sociospatiales et la discussion s’achève par l’identification du processus de fragmentation sociospatiale en rapport avec les inégalités. Cette fragmentation émerge du jeu entre différences et inégalités et se réalise spatialement dans les quartiers fermés, c’est-à-dire des enclaves fortifiées qui incitent les pratiques fragmentaires dans l’espace urbain. À la fin, quelques guises de conclusion sont présentées.

Le sens de la différence

3En 1970, Henri Lefebvre a lancé un manifeste qui proposait de repenser la société à partir du « concept » de différence. Ce manifeste, très négligé dans les études urbaines – du moins au Brésil et en France –, évoque l’évidence d’une caractéristique fondamentale de la constitution socio-anthropologique et sociospatiale humaine : la production des différences.

Pourquoi la différence ? Cette question déjà n’a guère de sens. Vous y êtes, nous y sommes, et chacun de nous, dans le différent. Celui qui ne veut et ne peut ni imiter de loin quelque grand Modèle, ni s’identifier à lui, celui-là n’a d’autre issue que de se vouloir autre. Il l’est déjà ! (Lefebvre, 1970, p. 51).

4Cette approche permet tout d’abord de revaloriser la différence dans l’analyse géographique étant donné que, toujours selon Lefebvre, nous vivons dans un espace-temps différentiel qui est engendré par la société urbaine en devenir, et ensuite à surmonter « la primauté de l’inégalité sur la différence [...] qui peut se traduire en confusion, c’est-à-dire en incapacité de distinguer les rapports et les distinctions entre inégalités et différences » (Sposito, 2011, p. 128, traduction libre). Cette tâche n’est évidemment pas facile dans une société comme celle du Brésil où l’inégalité est la base de la structure sociale et des configurations spatiales.

5La différence est une caractéristique inhérente de l’être humain, c’est-à-dire que pour exister homme et femme produisent des différences et se manifestent grâce à elles, tant dans leur propre corps que dans leurs espaces de vie. C’est ce qu’affirme Porto-Gonçalves (2004, p. 32) :

Ce que l’espèce humaine – homo sapiens sapiens – a fait tout au long de son aventure sur la planète, c’est construire différents sens culturels pour ses pratiques, à partir d’expériences dans les différents écosystèmes et les différents échanges interculturels qu’il a pu expérimenter au long de l’histoire (traduction libre).

6Néanmoins, toutes les différences ne sont pas le produit d’une option simple et/ou consciente et elles ne peuvent pas toujours être effacées/altérées. Le sexe, le groupe ethnique, la couleur de la peau et des yeux, le lieu de naissance, par exemple, ne peuvent pas être choisis avant la naissance. Il s’agit d’un ensemble de caractéristiques qui fait de chaque personne quelqu’un de singulier ; et cela interfère, par conséquent, avec la configuration de l’espace vécu. On n’admet pas, évidemment, que ces caractéristiques ou d’autres soient péremptoires, mais le fait que leur origine ne dépend pas d’un choix et qu’elles peuvent, dans de nombreux cas, marquer considérablement les trajectoires de vie, y compris les choix spatiaux que l’on fait et les stigmates territoriaux auxquels on peut être soumis.

7Dans la société, les relations s’établissent à partir de la capacité de tolérance et d’acceptation que les uns ont par rapport aux autres. Dans ce sens, d’une part, c’est plus la différence que la similitude qui caractérise un individu et la négation de la différence est, en soi, la négation de la nature proprement humaine. D’autre part, en termes de coexistence sociale, c’est le principe de l’égalité qui est à la base des sociétés et il n’y a là aucune contradiction, car similitude et différence ne sont pas les synonymes respectifs d’égalité et d’inégalité. En d’autres termes : nous pouvons être à la fois égaux et différents. Le problème apparaît plutôt quand la différence devient inégalité.

8Bien que la différence soit inhérente à la constitution sociospatiale humaine, force est d’admettre que cette caractéristique est aussi génératrice de conflits, créant des divisions qui mènent à la marginalisation, la ségrégation et la fragmentation, processus qui menacent l’unicité et l’organicité des villes présentes et en devenir. Dans ce sens, le questionnement de Farah (2011, p. 13) semble très pertinent :

[L]es divisions sociales (culturelles et socioéconomiques) en s’inscrivant dans des géographies urbaines mènent-elles à la désintégration du système Ville qui sera remplacé par une anarchie violente menée par les logiques identitaristes et les égoïsmes individualistes ?

9Ce questionnement s’insère, selon les arguments de l’auteur, dans la discussion sur la persistance de la ville comme modèle historique de succès du « vivre ensemble ». Le modèle des quartiers fermés actuel – les gated communities – semble vouloir se reproduire de manière équivoque : leurs motifs résideraient plus dans la volonté de se mettre à l’écart de ceux qui sont différents – en termes sociaux, économiques, culturels, ethniques etc. – que dans un désir de proximité par rapport à leurs semblables.

10Cette discussion rappelle combien il est nécessaire de valoriser la différence comme moyen de manifestation de l’humanité – puisque le processus d’humanisation est lui-même un processus de différenciation – et de l’urbanité – comme condition d’être urbain par rapport à l’altérité conférée par la proximité dans la ville. Ainsi, la différenciation en tant que processus, étudiée depuis longtemps en géographie, doit être comprise comme inhérente au processus de production de l’espace lui-même : « non seulement la fragilité et la fugacité des rapports sociaux contemporains s’expriment ‘dans’ l’espace, mais la production de l’espace est de plus en plus le moyen par lequel on construit et reconstruit la différence sociale » (Smith, 1992, p. 64, traduction libre).

11En ce qui concerne la ville, différence et différenciation sont des caractéristiques d’autant plus inséparables. Selon Lefebvre (2006, p. 15), « [la] vie urbaine présuppose des rencontres, confrontations des différences, connaissance et reconnaissance réciproques (y compris dans l’affrontement idéologique et politique) des façons de vivre, des ‘patterns’ qui coexistent dans la Ville » (traduction libre). Pour l’auteur, nier la possibilité de la différence par la mise en évidence d’une séparation tendanciellement exacerbée des groupes sociaux signifie donc la fin de l’urbanité dans un sens que l’on peut comprendre comme celui du refus de la différence à travers sa transformation en inégalité.

De la différence à l’inégalité

12Inégalité et différence sont des caractéristiques humaines indissolublement liées. Pour analyser le Brésil, même si l’on voudrait se centrer plus spécialement sur la différence, il ne s’agirait que d’une analyse partielle étant donné le poids de l’inégalité dans la constitution sociospatiale de ce pays. En tout cas, être différent et vivre dans des conditions d’inégalité ne sont en aucun cas la même chose.

13Lefebvre (1970) s’interrogeant sur la possibilité de proposer un droit à la différence acquiesce, mais il explique :

En un sens, le ‘droit à la différence’ n’a pas besoin d’être stipulé, car il fonde les autres droits concrets et il en est la source. S’il y a un droit de l’enfant et de la femme, c’est bien parce que l’enfant et la femme diffèrent de ‘l’homme’ en général et parce qu’ils diffèrent entre eux (Lefebvre, 1970, p. 45).

14On voit dès lors que l’existence même de droits (civils, politiques ou sociaux) se base sur le besoin de reconnaître la légitimité de toutes les différences. C’est sur cette affirmation que s’appuie l’idée d’égalité des droits. En effet, dans l’hypothèse d’une société formée d’individus absolument égaux, aucune règle ne serait nécessaire puisque tous auraient les mêmes caractéristiques et les mêmes comportements. L’existence de conduites déviantes serait donc impossible tout comme, par conséquent, la nécessité de réguler ces conduites. Ici, l’idée d’équité semble donc plus adéquate parce qu’elle est porteuse d’une compréhension moins péremptoire que ce que l’idée d’égalité peut dénoter. En effet, nous ne sommes pas tous égaux. Alors, n’importe quel ensemble de lois en vigueur dans une société doit se baser sur la légitimité des différences pour établir une équité sociale et spatiale où les droits et les opportunités sont garantis universellement malgré les singularités des individus.

15Lorsque la différence devient le moyen par lequel les individus et/ou les groupes sont privés de leurs droits, il s’agit en fait d’inégalité ou, en d’autres termes, de l’impossibilité de faire accepter et traiter les différences comme légitimes dans la société.

16Inégalité signifie évidemment impossibilité d’existence d’égalité. Celle-ci, comme propose Lummis (1992), doit être comprise à partir de deux perspectives distinctes : la ressemblance/homogénéité et la justice. En termes de ressemblance, l’égalité se présente comme inatteignable et même indésirable dans notre société. En termes de justice, l’égalité se réfère à la citoyenneté, et par là, se caractérise comme souhaitable et nécessaire en concédant a tous – indépendamment de la couleur, de la condition socioéconomique, du genre, de l’ethnie, de l’orientation sexuelle, de l’origine géographique, etc. – les mêmes droits.

17L’inégalité quant à elle s’associe de manière intrinsèque au développement capitaliste comme un processus de concentration de richesses économiques produites par le travail de plusieurs sous le domaine de certains. Cela amène à questionner le type de développement possible dans le capitalisme contemporain (Lummis, 1992), produit et soutenu par ce que Lefebvre (1970) identifie comme indifférence, c’est-à-dire l’absence de distinction entre croissance et développement.

Différences et inégalités à Brasília et Curitiba : quelques repères

18Si l’on évoque l’égalité en termes de similitudes et si on reprend les précisions apportées par Lummis (1992) pour trouver au Brésil des caractéristiques communes à l’urbanisation qui puissent expliquer les processus spatiaux relatifs à diverses villes du pays, on peut dire que les capitales brésilienne et du Paraná sont des villes bien différentes et inégalitaires.

19Brasilia est une ville unique, non seulement dans le contexte de l’urbanisation, mais aussi du point de vue mondial. Curitiba n’en est pas moins singulière. Toutes deux résultent de divers processus de production sociospatiale dans des contextes spécifiques qui vont des sites urbains où l’une a surgi et l’autre fut implantée jusqu’aux caractéristiques socio-ethniques et culturelles des populations qui s’y sont installées.

  • 2 Système de transport urbain par autobus articulés et/ou biarticulés en site propre qui s’est popula (...)

20Curitiba est une ville qui est le fruit de l’histoire, d’un ensemble de pratiques spatiales des populations qui y sont arrivées et s’y sont fixées. Ni les politiques de planification, plus intenses à partir des années 1970, parmi lesquelles celle qui est à l’origine d’un système de transport collectif devenu référence mondiale et exporté vers des villes comme Bogota et Los Angeles2, ni les nouvelles pratiques de production de l’espace urbain en périphérie n’ont effacé les réminiscences de la ville historiquement formée.

21Brasilia s’est formée d’une manière distincte. C’est le fruit d’une politique d’État, pensée déjà au XIXe siècle et réalisée par le président Juscelino Kubitschek dans la deuxième moitié des années 1950. Certes, on ne peut affirmer qu’elle ne soit pas elle aussi le fruit de l’histoire, mais cette histoire a une tout autre connotation. À la différence de Curitiba qui a su revaloriser l’origine des peuples étrangers qui y ont afflué à différentes époques, par des monuments et places dédiés à leur mémoire, Brasilia surgit pour rompre et nier le passé qui explique son origine. Symbole de modernité, de progrès et de futur, elle a été conçue pour représenter le développement moderne-industriel brésilien, par opposition au modèle agro-exportateur et sous-développé qui était alors en vigueur. Le raffinement du projet urbanistique de Lucio Costa et des constructions modernistes d’Oscar Niemeyer illustre bien cette modernité. À Curitiba, par contre, on valorise la sophistication des immeubles anciens protégés.

22De plus, les processus qui expliquent la croissance des deux villes et la conformation de leurs agglomérations métropolitaines sont liés aux logiques de production de l’espace urbain dans un pays d’économie périphérique/dépendante et dont la société se caractérise par une entrée anomale dans la modernité (Martins, 2000) ; cependant, l’expression spatiale de ces logiques est distincte dans les deux villes.

23Tant Brasilia que Curitiba sont des villes marquées par de fortes interventions urbaines résultant de politiques de planification qui leur ont fait gagner une notoriété mondiale. Il s’agit cependant d’actions différentes, mais pas nécessairement opposées en termes idéologiques.

24À Curitiba, ces actions visaient l’adaptation de la ville à la nouvelle modernité liée à l’industrie récemment implantée et à la croissance urbaine. Ces actions suivent aujourd’hui encore les directives du même plan directeur approuvé en 1966 : le Plan Préliminaire Urbanistique. L’un des objectifs de ce plan était d’encadrer la croissance de la ville en prolongeant le centre en axes structurels verticalisés mixtes, composés de commerces, services et résidences. La circulation serait contrôlée le long de ces axes par la séparation des voies propres aux autobus articulés et bi-articulés, localisées au centre et longées par des voies de passage pour les voitures et des trottoirs piétonniers.

25Si lors de son implantation le Plan Préliminaire Urbanistique représentait déjà une planification audacieuse et efficace, sa reprise comme modèle pour les interventions urbaines actuelles démontre « une stratégie d’affirmation de ses orientations originales » (Polli, 2006, p. 26), malgré la dynamique sociospatiale liée à la reproduction de la vie urbaine. De plus, le fait de discréditer ou de considérer comme secondaire la dynamique métropolitaine complexifiée ces dernières années indique la partialité et les limites du plan pour résoudre des problèmes réels d’agglomération qui se manifestent depuis longtemps à l’échelle métropolitaine, telles l’habitation, la circulation et la mobilité.

26Cette reprise idéologique du plan original comme base pour les actions et interventions urbanistiques actuelles se produit également à Brasilia en très étroite articulation avec les stratégies de valorisation foncière et immobilière de zones sous intense surveillance, cibles préférées sinon exclusives de ces actions et interventions. L’inscription de l’ensemble architectural et urbanistique de Brasilia dans la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987 et la nécessité qui s’ensuit de protection de l’ensemble contre toute dénaturation du fait de la croissance et de la densification urbaines ont fini par renforcer les politiques ségrégationnistes (Paviani, 1987 ; Gouvêa, 1995).

27Le plan de Lucio Costa n’avait pas été pensé pour une population supérieure à 500.000 ou 700.000 habitants dans la meilleure des hypothèses. Ceci aide à comprendre que l’ensemble métropolitain de la capitale fédérale – qui compte au moins 2,6 millions de personnes de plus que ce seuil – est en fait le résultat d’une planification faussée, productrice non seulement de différences, mais aussi d’inégalités.

28Les cartes de densité démographique (Cartes 1 et 2) montrent, en nombre d’habitants par km2 et par secteur de recensement, la répartition de la population sur le territoire des deux agglomérations et permettent d’analyser en détail les types d’occupation du territoire métropolitain.

CARTE 1 : Agglomération métropolitaine de Curitiba ; densité démographique par secteur de recensement ; 2010

CARTE 1 : Agglomération métropolitaine de Curitiba ; densité démographique par secteur de recensement ; 2010

Source : IBGE, Recensement démographique 2010. Élaboration : Rafael Catão.

CARTE 2 : Agglomération métropolitaine de Brasilia ; densité démographique par secteur censitaire ; 2010

CARTE 2 : Agglomération métropolitaine de Brasilia ; densité démographique par secteur censitaire ; 2010

Source : IBGE, Recensement démographique 2010. Élaboration : Rafael Catão.

29Ceux deux cartes permettent de constater qu’il existe une différence de distribution et de concentration de population dans les deux agglomérations. Ces différences sont liées à des logiques distinctes de production de l’espace et d’occupation du territoire. La concentration de population dans les zones centrales à Curitiba et périphériques à Brasilia ne signifie pas, si on prend cette information de manière isolée, qu’il s’agisse d’une inégalité spatialement inscrite. Cependant, il n’y a pas de séparation entre différence et inégalité dans la configuration spatiale des métropoles brésiliennes, ce qui confirme l’affirmation de Sposito (2011) sur la confusion dans la compréhension des deux concepts en fonction de la prévalence de l’inégalité sur la différence. Dans ce sens, une question devient fondamentale : comment revaloriser les différences quand celles-ci deviennent cause d’inégalités ? La distribution différente des populations à Brasilia et Curitiba s’explique par des facteurs historiques liés à la production d’inégalité, sévère dans ces deux agglomérations bien que plus intense dans celle de la capitale fédérale.

30Plus récemment, à partir de la moitié des années 1990 et de façon plus intense dans les années 2000, on observe une tendance à l’occupation des zones proches de la zone centrale à Brasilia. Les anciens terrains à fonction rurale, inoccupés ou situés dans des zones de préservation écologique sont devenus des quartiers fermés, notamment dans les proximités du lac et du jardin botanique. De même, les zones monofonctionnelles industrielles et de service ont été modifiées pour accueillir de nouveaux ensembles résidentiels verticalisés.

31À Curitiba, la distribution de la population et des densités urbaines ressemble partiellement à celle de Brasilia pour l’occupation des périphéries. C’est là où vivent les populations qui ne parviennent pas à s’installer dans des zones centrales ou péricentrales. Lorsque ces populations ne résident pas dans des zones isolées précarisées de la municipalité, elles sont transférées vers les municipalités voisines. Cependant, un grand nombre de ces municipalités ne provient pas de démembrements récents, comme cela s’est produit dans l’agglomération de Brasilia.

32Ces installations de population dans des lotissements de la périphérie ont transformé les municipalités concernées en un prolongement de Curitiba. Comme la planification urbaine de Curitiba a toujours été très orientée vers la zone centrale au détriment de l’ensemble de l’agglomération, les terres urbaines se sont valorisées (Firkowski, 2001 ; Polli, 2006). La situation est différente pour les périphéries internes du District Fédéral. Celles-ci résultent d’actions planifiées visant à protéger la zone centrale des interférences avec le projet original. Pour la périphérie plus lointaine constituée par les villes de l’état de Goiás, la logique est la même qu’à Curitiba : l’absence de planification directe entraîne la formation d’une périphérie jugée indésirable, dont la population est tenue pour principale responsable des problèmes urbains existant à Brasilia.

33En un sens, les rapports entre centre métropolitain et périphéries précaires tant à Brasilia qu’à Curitiba relèvent d’une complémentarité dialectique. Les centres-villes affichent une modernisation résultant des politiques de planification, à forte composante étatique dans la capitale fédérale et plutôt appuyées par les entreprises locales dans la capitale du Paraná. Au contraire, les zones d’habitat populaire qui abritent la masse des travailleurs qui font fonctionner les deux métropoles au quotidien apparaissent comme des espaces résiduels et non aménagés. Dans ces zones, l’absence de planification ou les tentatives infructueuses d’établir des types d’usage du sol urbain semblables à ceux des zones centrales expriment dans le paysage ce qui n’a pu être réalisé de manière plus élargie.

34Néanmoins, les transformations des périphéries contemporaines constatées par Sposito (2009) et Reis (2007) doivent être prises en compte, car elles ont des répercussions sur les agglomérations des deux capitales. Ces transformations résultent de l’implantation de quartiers fermés et de zones d’entreprises pour les classes aisées qui souhaitent s’écarter des groupes sociaux différents et se regrouper entre elles. Ces nouveaux espaces, récents dans le contexte historique de l’urbanisation, se caractérisent par une faible densité, des constructions de haut standing et la proximité de parcs, d’espaces verts ou d’aires de conservation écologique. Ils sont en général implantés en discontinuité territoriale par rapport au tissu urbain consolidé. Dans l’agglomération de Curitiba, les projets immobiliers de l’entreprise Alphaville Urbanismo S.A. se distinguent des autres du même genre. Ils ont été installés dans la municipalité de Pinhais, près de la Zone de protection environnementale de la rivière Iraí. Dans l’agglomération de Brasilia, les quartiers fermés, surtout résidentiels, sont nombreux notamment à proximité du Parc National et du jardin botanique. Un mégaprojet immobilier de l’entreprise Alphaville Urbanismo S.A. est aussi en cours d’implantation près de la sortie sud-est de la capitale, au nord de la municipalité de Cidade Ocidental.

35Selon Smith e Low (2006, p. 2), l’une des justifications de ces espaces fermés serait que « [c]ertainement, autour des années 1990, de nombreux citoyens ont eu la sensation que la vie quotidienne s’était transformée en une bellum omnium contra omnes – une guerre de tous contre tous – comme Hobbes l’a sévèrement décrit » (traduction libre). Dans cette logique, on peut s’interroger sur le futur des métropoles de plus en plus marquées par l’étendue de ce type d’implantations. Ribeiro (1999, p. 26) pose la question :

Quelles seront les conséquences de ces mutations sociales sur la gouvernance démocratique de la métropole entendue comme capacité des forces locales à construire et suivre un modèle de développement orienté par des valeurs objectives d’intégration, de justice et de solidarité ? (traduction libre).

36Il faut cependant remarquer que tant les zones informelles, de pauvreté et de précarité urbaines que les nouvelles zones aisées et fermées sont des produits d’un type d’urbanisation que Lefebvre (2006) a qualifiée de « désurbanisée et désurbanisante », c’est-à-dire qui a perdu tous les éléments habituels de la vie urbaine : les infrastructures, le commerce de proximité, les foires et marchés, les zones de loisirs, les places, les lieux de rencontres et de discussion politique, enfin, l’espace public.

De l’inégalité à la fragmentation

37La discussion préalable sur les notions de différence et d’inégalité avait pour principal objectif d’introduire des éléments explicatifs des logiques de production des villes contemporaines, en particulier les métropoles de Curitiba et Brasilia, et montrer d’une part que la ville est le produit des conflits sociaux et d’autre part comprendre qu’elle conditionne ces conflits. Cette approche apparaît donc comme un moyen analytique de déchiffrer la configuration spatiale de la ville et par suite le fonctionnement des processus sociétaux.

38La problématique centrale concerne spécifiquement les fondements d’une transformation de la ville et prolonge le débat soulevé par Farah (2011) pour qui il s’agit d’une crise de définition de la ville et ses limites, des droits et devoirs des citoyens dans l’univers d’une crise de la citoyenneté urbaine plus profonde qui affecte notamment les habitants des zones périphériques dépourvus des biens et des services urbains.

39Ce processus ne se manifeste évidemment pas de la même manière dans toutes les villes, car il dépend de facteurs sociogéographiques. Si ce processus semble peu marqué dans les villes européennes où l’État du bien-être social, même déclinant, garantit aux citoyens depuis des décennies les droits universels et une relative égalité, il semble en revanche notoire dans les villes d’Amérique Latine en fonction des problèmes structurels de société, liés entre autres à la colonisation et à l’esclavage.

40La ville latino-américaine a subi les dernières décennies un processus de perte d’organicité que l’on peut comparer à celui de la perte d’urbanité traité par Lefebvre (2006). Cette situation est due à une accentuation des disparités sociales, à une montée de l’intolérance par rapport aux différences de l’autre et à l’indifférence vis-à-vis des besoins de l’autre. En conséquence, un processus de fragmentation s’amorce, décrit par de nombreux auteurs (entre autres : Santos, 1990 ; Vidal, 1994 ; Sposito, 2011 ; Salgueiro, 1998 ; Ribeiro, 1999 ; Prévôt-Schapira, 1999 ; Carlos, 2001 ; Hidalgo, 2005 ; Farah, 2011).

41À ce sujet, Vidal (1994, p. 162) s’interroge :

Dans le cadre de cette réflexion, une notion revient fréquemment dans les discours sur la ville depuis quelques années : la notion de « fragmentation ». De l’espace « fragmenté » à la « fragmentation du tissu urbain », en passant par des « fragments de ville », le mot issu du latin fragmentum est sans cesse décliné (participe passé, nom commun, adjectif : une vision « fragmentaire », substantif même : « fragmentarité ») pour qualifier la situation de crise des grandes métropoles. Il semble ainsi que l’utilisation – parfois abusive – de ce terme corresponde à une volonté de compréhension des processus d’urbanisation en cours. Or, nous possédons assez peu d’éléments théoriques sur cette notion de « fragmentation ». Quelles sont ses utilisations ? Ses implications méthodologiques et idéologiques ? Son emploi signifie-t-il une rupture dans la forme d’urbanisation issue de la révolution industrielle ? De quelle problématique procède-t-elle ? Comment se traduit-elle concrètement dans le tissu urbain ?

42Les questionnements de Vidal sont très pertinents et, même plusieurs années après leur publication, ils restent d’actualité incontestable. Cela signifie que les problématiques spatiales et urbaines contemporaines sont d’une complexité telle que les outils théorico-méthodologiques d’analyse utilisés sont en fait obsolètes.

43Par ailleurs, cela signifie aussi qu’une certaine confusion persiste encore autour de la notion de fragmentation, à cause probablement des réalités observées. En d’autres termes, il s’agit d’un processus dont la répercussion est différente, par exemple, en Europe Occidentale, aux États-Unis ou en Amérique Latine. Si l’on détecte une tendance à la généralisation de la fragmentation sociospatiale comme caractéristique urbaine contemporaine, on ne peut nier que dans certains lieux elle n’existe que sous forme embryonnaire à cause de formations sociospatiales différentes. Actuellement, la fragmentation est reconnue presque exclusivement dans les espaces métropolitains selon la complexité des processus et conflits sociospatiaux présents dans ces espaces. Dans ce sens, parler de fragmentation sociospatiale pour les petites villes est discutable même si des études ont déjà été faites pour les villes moyennes brésiliennes (cf. Pereira, 2006 ; Magrini, 2013).

  • 3 On cite, par exemple, l’expulsion de près de 7.000 habitants de la favela Pinheirinho, à São José d (...)

44Les débats autour de la fragmentation sociospatiale ont pour toile de fond les transformations spatiales liées aux transformations sociohistoriques survenues au début d’une nouvelle modernité (ou postmodernité) et l’intensification de la segmentation sociale qui a suivi. Les groupes sociaux sont devenus tellement antagonistes qu’ils préféreraient plutôt vivre proches les uns des autres, créant des mécanismes de distinction sociale (surtout les plus aisés). Dans bien des cas, des comportements se manifestent de façon à limiter le droit de l’autre à exprimer sa différence, ce qui accentue les inégalités. Dans certains cas, l’existence même de l’autre et son droit de s’établir dans certains espaces sont remis en question3.

  • 4 Même si d’autres aspects sont tout aussi importants, comme la couleur de la peau.

45Au Brésil, la segmentation sociale a une connotation surtout socioéconomique4. Elle est donc liée à des logiques de valorisation foncière et immobilière particulièrement dans les métropoles (Santos, 1990). Ribeiro (1999, p. 25-26) souligne à propos de Rio :

Lorsque l’on observe la vie quotidienne à Rio de Janeiro, les scènes révélatrices de pratiques séparatistes sont déjà presque imperceptibles. En effet, les complexes immobiliers, règles institutionnelles et valeurs culturelles séparent de plus en plus la population dans des « zones commerciales », « de commerce informel », « quartiers fermés », « favelas » […] etc. Les catégories spatiales servent de plus en plus à la construction d’un langage qui, classifiant et stigmatisant les groupes sociaux, fait que les différences et pratiques discriminatoires d’appropriation des territoires de la métropole semblent naturelles. Les métaphores fréquentes dans le discours public sur la ville et ses problèmes reproduisent activement le développement de ce langage séparatiste (traduction libre).

46Il faut noter que les catégories spatiales auxquelles renvoie Ribeiro dans cette citation sont en étroit rapport avec les pratiques de consommation. Dans cette base socioéconomique, s’ajoute à la diversité sociale une morphologie urbaine caractérisée par la jonction des zones contigües, mais non continues dans ses relations, et par l’apparition de zones socialement et territorialement discontinues. Il existe ainsi un jeu conflictuel entre tendances à l’homogénéisation au sein des groupes socioéconomiques et à la volonté de se distinguer entre groupes différents. Selon Salgueiro (1998), il s’agit d’une logique fragmentaire de formation d’enclaves où les termes « différents » et « étranges » sont équivalents dans le cadre des rapports sociaux dictées par la consommation et l’uniformisation des pratiques. On se trouve alors face à une tendance à la formation d’une ville fragmentée qui s’exprime spatialement sous des morphologies complexes. À ce sujet, Prévôt-Schapira (1999, p. 129) affirme :

[I]l est toutefois possible d’identifier l’émergence d’un nouveau modèle, plus étalé, moins hiérarchique, qui se substitue à celui de la ville organique : la ville fragmentée. La fragmentation résulte de la disparition du fonctionnement global au profit de petites unités, la dilution des liens organiques entre les morceaux de la ville, l’appauvrissement du continuum spatial et la répétition des inégalités aux différentes échelles infra-urbaines, des îlots de pauvreté jouxtant des isolats de richesse au sein des archipels urbains.

47Dans le même sens, Salgueiro (1998, p. 39) explique que la fragmentation serait une organisation « territoriale marquée par l’existence d’enclaves territoriales distinctes et sans continuité avec la structure sociospatiale qui les entoure » (traduction libre).

48La fragmentation est un processus fondé sur le principe d’une indifférence et d’une distinction sociale qui génèrent et reproduisent des situations d’inégalité. L’indifférence est à la base du processus de ségrégation et de marginalisation de groupes sociaux dont les caractéristiques socioéconomiques et socioculturelles sont incompatibles avec les pratiques de la société bureaucratique de consommation dirigée (Lefebvre, 1991) et avec les principes des élites conservatrices : pauvres et misérables, hippies et gitans, mais aussi ouvriers urbains et agricoles, noirs, indiens, femmes et homosexuels, immigrants, entre tant d’autres.

49C’est ainsi que s’expliquent les logiques sociales qui guident le processus de production de l’espace urbain, basées sur des contradictions et polarisations sociospatiales accentuées (Prévôt-Schapira, 1999 ; Jaillet, 1999), ceci parce que le processus de fragmentation n’annule pas les autres processus en cours, mais au contraire il les renforce.

50En tout cas, dans les agglomérations on remarque la tendance urbaine des groupes socioéconomiques à hauts revenus à mettre en place des stratégies pour s’isoler de l’ensemble de la ville et de la société, en créant des quartiers fermés. Ceux-ci sont construits habituellement dans des zones périphériques avec lesquelles ils ont très peu de rapport, si ce n’est l’embauche de domestiques. Dans le cas particulier des métropoles, et plus spécialement au Brésil, cette agrégation d’ensembles de logements marque significativement le paysage métropolitain. Ce sont les formes spatiales qui contribuent le plus au processus de fragmentation et elles présentent des qualités et quantités les plus diverses. Selon Caldeira (1997, p. 155-156), il s’agit d’enclaves fortifiées, c’est-à-dire :

des espaces privatisés, fermés et contrôlés, destinés au logement, à la consommation, aux loisirs ou au travail. Ces espaces trouvent dans la peur de la violence, une de leurs principales justifications. Ils attirent de plus en plus ceux qui préfèrent abandonner la traditionnelle sphère publique des rues aux pauvres, aux marginaux et aux sans-logis. Ces enclaves fortifiées génèrent des villes fragmentées où il est difficile de maintenir les principes de base de la libre circulation et de l’ouverture des espaces publics qui ont servi de fondements à la structuration des villes modernes. Par conséquent, dans ces villes, le caractère d’espace public et de la participation des citoyens à la vie publique a été drastiquement modifié (traduction libre).

51Les enclaves fragmentent la ville en faisant obstacle à d’éventuelles rencontres ou d’autres formes de convivialité et contribuent à la formation de liens sociaux plus lâches. Lorsque ces enclaves sont implantées dans des zones urbaines construites en continuité, ces espaces d’exception semblent ne pas cadrer avec l’histoire du lieu. Si au contraire ces enceintes sont construites dans les périphéries, dans des zones peu denses ou inhabités, elles élargissent les fonctions urbaines de la ville en-dehors de celle-ci et produisent des taches d’occupation discontinues par rapport au tissu consolidé. Ceci remet en cause la question de savoir, comme Sposito s’interroge (2011), si l’on peut continuer à appeler villes ces nouveaux ensembles urbains.

  • 5 Pour le recensement de 2010, l’IBGE a séparé les logements en cinq types dont un est : maison faisa (...)
  • 6 La définition du secteur de recensement faite par l’IBGE ne prend pas compte des caractéristiques q (...)

52Selon qu’il s’agit de Brasilia ou de Curitiba, les expressions sociospatiales de ces processus sont très différentes. Cela apparaît clairement sur les cartes 3 et 4 qui présentent la distribution des logements urbains dans les quartiers fermés (vilas ou condominiums5) par secteur de recensement dans les deux agglomérations. Sur les cartes, la partie supérieure montre les secteurs de recensement où les ensembles fermés constituent plus de 80 % des logements, tandis que la partie inférieure montre les secteurs comprenant au moins 15 % de logements du même type. Cette représentation est cependant très approximative à cause de la complexité des définitions de quartiers fermés. De plus, la mesure quantitative réalisée par l’IBGE lors du recensement présente une autre difficulté pour l’analyse : la situation géographique de ces unités résidentielles dans chaque secteur de recensement6.

CARTE 3 : Agglomération métropolitaine de Brasilia ; proportion des secteurs de recensement comprenant des logements en quartiers fermés ; 2010

CARTE 3 : Agglomération métropolitaine de Brasilia ; proportion des secteurs de recensement comprenant des logements en quartiers fermés ; 2010

Source : IBGE, Recensement démographique de 2010. Élaboration : Rafael Catão.

CARTE  : Agglomération métropolitaine de Curitiba ; proportion des secteurs de recensement comprenant des logements en quartiers fermés ; 2010

CARTE  : Agglomération métropolitaine de Curitiba ; proportion des secteurs de recensement comprenant des logements en quartiers fermés ; 2010

Source : IBGE, Recensement démographique de 2010. Élaboration Rafael Catão.

53Sur les cartes 3 et 4, les taches plus foncées représentent les secteurs de recensement à forte proportion de résidences dans des condominiums fermés. Elles ne localisent pas seulement les unités spatiales, mais traduisent l’existence de points isolés dans le tissu urbain qui imposent des séparations de groupes sociaux en même temps qu’ils altèrent l’espace organique de la ville. La grande tache rose, dans les deux agglomérations, ne caractérise pas des zones urbaines continues et densément occupées, mais seulement la zone qui est officiellement reconnue comme urbaine. S’il peut y avoir une coïncidence entre le périmètre urbain et les zones effectivement occupées et éventuellement denses dans la ville de Curitiba et les portions territoriales d’autres villes de son agglomération, à Brasilia et dans son agglomération, cette coïncidence est peu remarquable. Dans ce cas, la comparaison des cartes 3 et 4 avec les cartes 1 et 2, présentées plus haut, devient très opportune.

54Si l’on analyse plus en détail les cartes, on remarque que la proportion des secteurs de recensement comprenant plus de 80 % des logements dans des quartiers fermés est de loin supérieure à Brasilia. Par contre, à Curitiba, la quantité d’ensembles fermés qui apparaissent lorsque l’on sépare les secteurs où il y a au moins 15 % de logements dans des ce type de quartier est plus significative.

55À Brasilia, l’occupation périphérique sous la forme de condominiums prédomine tandis qu’à Curitiba on remarque la présence de vilas à l’intérieur de la ville. Il faut noter cependant que les vilas ne sont pas forcément équivalentes des condominiums, puisqu’elles ne créent pas de rupture sociospatiale significative et n’imposent pas non plus aux habitants une perte de convivialité dans le quartier ou dans la ville. En effet, non seulement leur taille est réduite, mais elles ne disposent pas de services collectifs et n’interrompent pas le système de voirie, ce qui rendrait difficile l’articulation entre les îlots et quartiers de la ville, comme c’est le cas des condominiums.

56En ce qui concerne la logique de distribution des quartiers fermés dans les deux agglomérations, on observe un modèle plus endogène à Brasilia, avec des zones principales d’occupations de ce type à l’intérieur du quadrilatère. À Curitiba, le modèle est plus exogène, avec des condominiums implantés dans les municipalités limitrophes, notamment à Pinhais et São José dos Pinhais.

57Quant à la structuration de l’espace métropolitain, tant la production de périphéries déconnectées que l’implantation de quartiers fermés imposent des limites à l’unité morphologique urbaine, aux possibilités d’appropriation de l’espace et à l’exercice de l’altérité par le contact avec la différence. Cette ville fragmentée devient ainsi un locus approprié pour le renforcement des injustices qui justifie une discussion sur les possibilités de réalisation d’une justice spatiale parallèlement à la discussion tout aussi importante sur le droit à la ville et à la différence.

En guise de conclusion

58La discussion présentée ici a consisté à trouver des connexions entre fragmentation, différences et inégalités ainsi qu’à répondre aux questions suivantes : Est-il possible de penser à l’avenir la ville comme un modèle de convivialité sociale ? Sur quoi se base cette tendance à la production de la ville en fragments urbains ?

59La différence entre les deux métropoles a été utilisée comme moyen d’explication des processus de production des inégalités et de fragmentation sociospatiale. Ceci conduit à certaines affirmations en guise de conclusion :

La prépondérance de l’inégalité sur la différence dans les études urbaines à laquelle se réfère Sposito (2011) est due au poids de la première dans la formation sociospatiale brésilienne dont les racines plongent dans l’héritage colonial et esclavagiste du pays. Il y a cependant une déformation dans la compréhension de la différence comme quelque chose de mauvais alors qu’elle est en réalité une qualité. Cette déformation s’explique par le fait que la différence présente un contenu qui questionne la standardisation et l’homogénéisation de la société de consommation et favorise une plus grande intégration entre les groupes sociaux.

Le Brésil est un pays marqué par de grandes inégalités régionales. Elles sont surtout liées à une mauvaise distribution des richesses produites entre les unités de la fédération et à l’usage des différences sociospatiales comme moyen de limiter des droits.

L’urbanisation brésilienne est historiquement marquée par le poids des inégalités sociospatiales. Les métropoles, en vertu de leur taille et de leur complexité, sont les espaces qui expriment le plus clairement les processus inégalitaires en particulier la polarisation centre-périphérie. Brasilia et Curitiba n’ont pas échappé à l’héritage de la formation sociospatiale brésilienne et aux traits caractéristiques de l’urbanisation inégale.

À Brasilia, la morphologie urbaine se caractérise par un centre avec des fonctions urbaines et des infrastructures très sophistiquées en opposition à une périphérie distante et précaire. Le processus de métropolisation a fini par étendre cette logique à l’ensemble de l’agglomération, transformant les villes limitrophes de Goiás en poches de pauvreté.

Curitiba suit une logique similaire dans la mesure où les inégalités entre le noyau et la périphérie métropolitains sont également élevées. Pour la différencier des autres métropoles brésiliennes, le pouvoir public a soumis la ville à un projet de requalification urbaine qui a cependant fini par renforcer la morphologie urbaine traditionnelle où la croissance urbaine et la distribution des densités se font dans le sens centre-quartiers. Cette logique n’est rompue que partiellement avec l’annexion des municipalités périphériques à la dynamique de l’agglomération.

Dans les deux métropoles, les périphéries sont néanmoins devenues plus hétérogènes et complexes surtout en fonction de l’apparition, d’une part, de quartiers fermés et, d’autre part, de zones d’entreprises et commerces proches de quartiers précarisés dans des municipalités marquées par une grande dépendance vis-à-vis de la métropole. Ces nouveaux projets pourtant ne se sont pas accompagnés d’une perspective d’intégration, de justice et de solidarité, car elles suivent les mêmes logiques fragmentaires capitalistes.

Dans les deux métropoles, mais à Brasilia en particulier, on observe une diffusion croissante du mode de vie en enclaves fermées, ce qui mène à questionner si dans l’avenir la ville organique pourra subsister.

60Cependant, on peut imaginer que la revalorisation de la différence est ce qui pourrait contribuer à surmonter les clivages sociospatiaux existants, par la promotion de la tolérance et de la solidarité vis-à-vis du différent. Certes, des propositions dans ce sens sont encore à envisager.

Haut de page

Bibliographie

CALDEIRA, T. P. R. Enclaves fortificados : a nova segregação urbana. Novos Estudos CEBRAP, São Paulo, n. 47, p. 155-176, mar. 1997.

CARLOS, A. F. A. Espaço-tempo na metrópole : a fragmentação da vida cotidiana. São Paulo : Contexto, 2001. 372 p.

FARAH, J. Différenciations sociospatiales et gouvernance municipale dans les banlieues de Beyrouth – à travers l’exemple du Sahel AlMatn AlJanoubi et des municipalités de Chiyah, Ghobeiri et Furn AlChebbak. 2011. 561 f. Thèse (Doctorat en art de bâtir et urbanisme) – Faculté de Sciences Appliquées, Université de Liège, Liège.

FIRKOWSKI, O. L. C. F. Nova territorialidade da indústria e o aglomerado metropolitano de Curitiba. 2001. 278 f. Thèse (Doctorat en géographie humaine) – Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas, Universidade de São Paulo, São Paulo.

FISHMAN, R. Space, time and sprawl. Architectural Design, Londres, v. 64, n. 108, p. 45-47, mar./avr., 1994.

GOUVÊA, L. A. C. Brasília : a capital da segregação e do controle social. São Paulo : Annablume, 1995. 160 p.

HIDALGO, R. Postsuburbia ou posturbia ? Les mégaprojets résidentiels dans la périphérie de Santiago du Chili. Revue Géographique de l’Est (en ligne), Nancy, v. 45/3-4, p. 1-16, 2005. Disponible sur : <http://rge.revues.org/340>. Consulté le : 02 oct. 2011.

IBGE – Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística. Censo Demográfico 2010 : características da população e dos domicílios. Resultados do universo. Rio de Janeiro : IBGE, 2011. 269 p. Disponible sur : <http://www.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/censo2010/caracteristicas_da_populacao/resultados_do_universo.pdf>. Consulté le : 21 oct. 2012.

JAILLET, M.-C. Peut-on parler de sécession urbaine à propos des villes européennes ? Esprit, Paris, numéro thématique : « Quand la ville se défait », p. 145-167, nov., 1999.

LEFEBVRE, Henri. Le manifeste différentialiste. Paris : Gallimard, 1970. 187 p.

_________. A vida cotidiana no mundo moderno. São Paulo : Ática, 1991. 216 p.

_________. O direito à cidade. 4. éd. São Paulo : Centauro, 2006. 145 p.

LUMMIS, C. D. Equality. Inv: SACHS, Wolfgang (Éd.). The development dictionary: a guide to knowledge as power. Londres : Zed Books, 1992. P. 38-52.

MAGRINI, M. A. O. Vidas em enclaves : imaginário das cidades inseguras e fragmentação socioespacial em contextos não metropolitanos. 2013. 488 f. Thèse (Doctorat en géographie) – Faculdade de Ciências e Tecnologia, Universidade Estadual Paulista, Presidente Prudente.

MARTINS, J. S. A sociabilidade do homem simples : cotidiano e história na modernidade anômala. São Paulo : Hucitec, 2000. 210 p.

PAVIANI, A. Periferização urbana. In : PAVIANI, A. (Éd.). Urbanização e metropolização : a gestão dos conflitos em Brasília. Brasília : Codeplan/Editora UnB, 1987. P. 33-49.

PEREIRA, S. R. Percursos urbanos : mobilidade espacial, acessibilidade e o direito à cidade. 2006. 326 f. Thèse (Doctorat en géographie) – Faculdade de Ciências e Tecnologia, Universidade Estadual Paulista, Presidente Prudente.

POLLI, S. A. Curitiba, metrópole corporativa : fronteiras da desigualdade. 2006. 178 f. Mémoire (Master en planification urbaine et régionale) – Instituto de Pesquisa e Planejamento Urbano e Regional, Universidade Federal do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro.

PORTO-GONÇALVES, C. W. O desafio ambiental. Rio de Janeiro : Record, 2004. 179 p.

PRÉVÔT-SCHAPIRA, M.-F. Amérique Latine : la ville fragmentée. Esprit, Paris, n. « Quand la ville se défait », p. 128-144, nov. 1999.

REIS, N. G. Notas sobre urbanização dispersa e novas formas do tecido urbano. São Paulo : Via das Artes/FAUUSP/FAPESP, 2006. 201 p.

RIBEIRO, L. C. Q. Transformações da estrutura socioespacial : segmentação e polarização na Região Metropolitana do Rio de Janeiro. Cadernos Metrópole, São Paulo, n. 1, p. 7-32, janv./juin, 1999.

SALGUEIRO, T. B. Cidade pós-moderna : espaço fragmentado. Território, Rio de Janeiro, année 3, n. 4, p. 39-53, janv./juin, 1998.

SANTOS, M. Metrópole corporativa e fragmentada : o caso de São Paulo. São Paulo: Nobel/Secretaria de Estado da Cultura, 1990. 117p.

SMITH, N. Geography, difference and the politics of scale. In: DOHERTY, J.; GRAHAM, E.; MALEK, M. (Éd.). Postmodernism and the Social Science. Londres: Macmillan Academic and Professional, 1992. P. 57-79.

SMITH, N.; LOW, S. Introduction: the imperative of public space. In: SMITH, N.; LOW, S. (Éd.). The politics of public space. New York & Londres : Routledge, 2006. P. 1-16.

SPOSITO, M. E. B. Urbanização difusa e cidades dispersas : perspectivas espaço-temporais contemporâneas. In : REIS, N. G. (Éd). Sobre a dispersão urbana. São Paulo : Via das Artes/FAUUSP, 2009. P. 38-54.

________. A produção do espaço urbano : escalas, diferenças e desigualdades socioespaciais. In : CARLOS, A. F. A. ; SOUZA, M. L. ; SPOSITO, M. E. B. (Éd.). A produção do espaço urbano : agentes e processos, escalas e desafios. São Paulo : Contexto, 2011. P. 123-145.

VIDAL, L. Les mots de la ville au Brésil, un exemple : la notion de « fragmentation ». Cahiers des Amériques Latines, Paris, n. 18, p. 161-181, juil./déc., 1994.

Haut de page

Notes

1 Une partie de ce texte a été présentée de façon préliminaire et en langue portugaise au II Seminário Internacional sobre Microterritorialidades na Cidade, qui a eu lieu à l’Universidade Estadual Paulista (UNESP) à Presidente Prudente, Brésil, en novembre 2012. Je remercie tous ceux qui ont pris le temps de discuter les idées présentées, spécialement M. Angelo Serpa. Ce texte présente quelques résultats de la thèse soutenue publiquement en mai 2013 sous la direction de Mme. Maria Encarnação Sposito (UNESP) et M. Loïc Grasland (Université d’Avignon), que je remercie pour leur lecture attentive et les corrections proposées. La recherche doctorale a été financée par la Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo (FAPESP) et la Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior (CAPES).

2 Système de transport urbain par autobus articulés et/ou biarticulés en site propre qui s’est popularisé mondialement sous la sigle BRT (bus rapid transit) en anglais.

3 On cite, par exemple, l’expulsion de près de 7.000 habitants de la favela Pinheirinho, à São José dos Campos dans l’état de São Paulo en janvier 2011.

4 Même si d’autres aspects sont tout aussi importants, comme la couleur de la peau.

5 Pour le recensement de 2010, l’IBGE a séparé les logements en cinq types dont un est : maison faisant partie d’une vila ou condominium. La vila est composée d’un ensemble d’habitations, normalement regroupées ou jumelées à accès unique. Le condominium quant à lui est un ensemble résidentiel avec des dépendances collectives et des maisons généralement séparées les unes des autres (cf. IBGE, 2011). Il n’est cependant pas spécifié si le logement se trouve dans une vila ou dans un condominium.

6 La définition du secteur de recensement faite par l’IBGE ne prend pas compte des caractéristiques qualitatives du lieu telle que la typologie des logements.

Haut de page

Table des illustrations

Titre CARTE 1 : Agglomération métropolitaine de Curitiba ; densité démographique par secteur de recensement ; 2010
Crédits Source : IBGE, Recensement démographique 2010. Élaboration : Rafael Catão.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/9075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre CARTE 2 : Agglomération métropolitaine de Brasilia ; densité démographique par secteur censitaire ; 2010
Crédits Source : IBGE, Recensement démographique 2010. Élaboration : Rafael Catão.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/9075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre CARTE 3 : Agglomération métropolitaine de Brasilia ; proportion des secteurs de recensement comprenant des logements en quartiers fermés ; 2010
Crédits Source : IBGE, Recensement démographique de 2010. Élaboration : Rafael Catão.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/9075/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre CARTE  : Agglomération métropolitaine de Curitiba ; proportion des secteurs de recensement comprenant des logements en quartiers fermés ; 2010
Crédits Source : IBGE, Recensement démographique de 2010. Élaboration Rafael Catão.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/9075/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Catalão, « Fragmentation sociospatiale à Brasília et Curitiba : villes différentes, villes inégalitaires », Confins [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 19 août 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://confins.revues.org/9075 ; DOI : 10.4000/confins.9075

Haut de page

Auteur

Igor Catalão

Professor Adjunto de Geografia Humana, Universidade federal da Fronteira Sul (UFFS), igorcatalao@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org