Navigation – Plan du site
Resenhas

Le Brésil, pays émergé

Brasil, país emergido
Brazil, emerged country
Marie-Noëlle Carré
Référence(s) :

Le Brésil. Pays émergé, Hervé Théry, Armand Colin « Perspectives géopolitiques » 2014 - 297 pages

Texte intégral

Le Brésil, pays émergéAfficher l’image
Crédits : Armand Colin

1Le Brésil fait l’objet d’un intérêt accru aux lendemains de la Coupe du Monde de 2014 et à la veille des Jeux Olympiques de 2016. Toutefois, les productions journalistiques et scientifiques peinent à combiner l’écume de l’actualité et les tendances longues d’un pays tout à la fois fascinant et insaisissable. Hervé Théry franchit aisément cet écueil avec Le Brésil, pays émergé, ouvrage stimulant au style enlevé et jubilatoire. Tenant le kaléidoscope spatial et temporel pour dépeindre cette gigantesque portion des Amériques, il assume une position audacieuse, donnant un souffle nouveau aux débats actuels sur l’émergence. S’embarrassant peu de théorie, le géographe pose la question à partir de la fin : qu’est-ce que le Brésil, géant endormi dans le berceau splendide que vante l’hymne national, « va faire en se réveillant, si ce n’est déjà fait » (11) ? Que se passe-t-il lorsqu’un pays est « émergé », et non plus « émergent » ? Et surtout, comment détecter de manière concrète les signes de cet état ? La réponse exploratoire que propose l’ouvrage est à la fois intérieure et extérieure. Elle associe la trajectoire scientifique de l’auteur, consacrée au Brésil depuis près de quarante ans, et son expérience personnelle d’une décennie de séjour presque continu dans le pays. Le parcours transatlantique d’Hervé Théry constitue donc une ligne de lecture centrale de l’ouvrage. Il ne se contente pas de mobiliser des travaux passés et en cours autour de la réponse à la problématique centrale. Il assume aussi pleinement sa lecture de géographe français, organisant une partie de la démonstration autour de sa connaissance approfondie des liens pluriels entre France et Brésil.

2L’ouvrage est organisé en deux grandes parties qui observent l’émergence du Brésil d’abord depuis ses fondements internes puis à partir de la place du pays dans le monde. Elles se divisent en huit chapitres d’une trentaine de pages chacun. La première partie est composée de quatre chapitres qui prennent les mesures métriques, sociales et économiques du pays et en dressent une carte d’identité dynamique dans le temps et dans l’espace. Les outils et les méthodes utilisés proposent une lecture située dans la lignée de la géographie régionale.

3Le premier chapitre explore la « fabrication » du Brésil, sous trois angles : territoire, politique, Nation. Une approche géohistorique offre tout d’abord une synthèse de l’arrivée des Portugais, de la formation de l’« archipel » brésilien, puis de son agglomération en « continent ». Cet ensemble est suivi d’une synthèse dense qui place les principaux jalons historiques de l’histoire politique du pays. Tout en donnant au lecteur des éléments de compréhension peu connus en France, ce passage laisse aussi leur part aux débats actuels, qui ne font surface dans l’actualité française qu’à l’occasion d’évènements paroxystiques : gestion des fonds, dysfonctionnements des services publics, … Quant à la nation, son approche au prisme du culte du corps pourra peut-être sembler triviale. Pourtant, au regard du nombre d’habitants concernés – plus d’un demi-million par an – et de l’investissement de l’État dans des programmes sociaux de beauté, ce paragraphe a son originalité. Il sonde les paradoxes d’un pays qui défend son identité mais se mondialise en adoptant les canons de beauté du Nord.

4Comment tenir ensemble les fragments d’un Brésil si inégal ? Le deuxième chapitre fait le pari de réunir « les parties et le tout » radiographiant, à différentes échelles, les principaux indicateurs de l’émergence. A une approche quantitative rigoureuse portant sur la démographie, l’économie et les facteurs sociaux, et surtout les disparités de ces indicateurs à une échelle infranationale, il associe une lecture problématisée des faits raciaux et religieux. La section sur les transformations de la maille administrative, qui reflètent le souci de corriger l’inégale distribution des services dans le territoire mais aussi la plus grande vulnérabilité des nouvelles entités créées, est particulièrement intéressante. Moindres budgets municipaux et délais d’équipements en services exacerbent des problèmes socio-économiques déjà présents, et que la division avait pourtant vocation à résoudre. Des études de cas - très grande richesse, très grande pauvreté, question indienne, montée évangéliste - donnent des signes tangibles des défis de ce Brésil dont les « deux visages », ont été révélés par les élections de 2010.

5Les chapitres 3 et 4 cristallisent ces questions en présentant successivement les atouts et « le côté obscur de la force » de l’émergence. Il n’était pas facile de les mener de front sans risquer de tomber dans la répétition. Mais le diptyque est réussi parce qu’il s’appuie sur des indicateurs différents, qui, tous, entament les clichés qui pèsent sur le pays. L’auteur décrit les aspects de la classe moyenne montante, vue comme un potentiel commercial gigantesque. Il aborde l’abondance énergétique et la disponibilité des terres libres. Mais sa lecture géographique lui permet aussi de déconstruire ces atouts au fur et à mesure. Quant aux habitants, marqués par un déséquilibre de la répartition hommes-femmes dans l’espace, l’élévation moyenne de leur niveau de vie ne les exempt pas pour autant de vivre au quotidien les conséquences d’inégalités exacerbées. La course à l’autosuffisance énergétique, dans un pays entravé par l’acheminement sur de longues distances vers les pôles stratégiques, la consommation effrénée de terres libres marquent aussi l’épuisement des ressources. Des aspects « obscurs » de l’émergence, certains sont mieux relayés par la presse, en raison de leur dimension hors-norme, comme la reconquête des favelas et l’éviction des gangs de narcotrafiquants à Rio en 2010. Mais l’ouvrage montre aussi, sous un angle différent du chapitre 1, les faiblesses de ce géant rongé de l’intérieur par la corruption, l’insécurité et la violence. Enfin, le paragraphe sur le travail esclave est un apport conséquent. Il présente les principaux résultats d’une recherche effectuée pour le compte de l’organisation internationale du Travail (OIT) en 2012.

6La deuxième partie adopte un point de vue différent et présente la place du pays dans le monde. Pour soutenir sa démonstration originale, riche et précise, le géographe se munit d’une palette d’outils aussi diversifiés que complémentaires. Il traverse aussi plusieurs fois l’océan et fait même le tour de la Terre pour donner à voir la polychromie des représentations et des imaginaires contemporains du Brésil. Pour vérifier l’hypothèse du poids géopolitique, il observe les aspects saillants du hard et du soft power. Ainsi, dans le chapitre 5, il recourt à des indicateurs qui mesurent la connectivité du pays – échanges, voyages aériens, exportations, investissements étrangers, classements d’universités. Mais il montre aussi que la place du Brésil peut se lire sur le temps long, avec d’autres variables. Sans omettre la lusophonie, l’incontournable football et l’attendue bossa nova, Hervé Théry se livre surtout à une analyse fouillée des représentations du Brésil dans la chanson française. Ce passage est d’autant plus saisissant qu’il signale la circulation intense des mélodies et des textes de part et d’autre de l’Atlantique et met en évidence l’ambivalence des représentations.

7Par la confrontation de plusieurs discours sur le pays, l’auteur offre aussi un espace à la voix des diplomates, des entrepreneurs, des géopoliticiens internes et des étudiants (chapitre 6). Si, à la réflexion, la partie sur la géopolitique aurait été mieux valorisée dans le chapitre suivant, on peut dire que cette section de l’ouvrage a le mérite de souligner finement des figures montantes du patronat entrepreneurial (Vale, Embraer) qui s’imposent dans les pays voisins et le reste du monde. En retraçant les discours des étudiants brésiliens sur le monde, Hervé Théry montre aussi que cette puissance géopolitique se mesure à la connaissance que les Brésiliens ont des espaces situés hors du Brésil.

8Pourtant, le chapitre 7, probablement l’un des plus intéressants de l’ouvrage, met à mal cette image. La thèse de l’impérialisme est relue avec scepticisme par l’auteur qui montre les difficultés que rencontre le pays à tenir ses propres frontières d’une part, et à établir des relations cordiales et soutenues avec ses voisins – qu’il connaît mal - d’autre part. S’il est certain que la position du pays dans l’Amérique latine se lit surtout au travers des échanges économiques et du relatif consensus sur la protection de l’Amazonie, l’intégration américaine reste encore un grand défi. La construction d’infrastructures plurinationales aboutit même parfois à un résultat contraire à celui attendu : ainsi en va-t-il du pont sur le fleuve Oyapock, qui, paradoxalement, « devait relier, réduire les distances », mais qui finit par « écarter le fleuve et (…) transformer la région en frontière » (242).

9Paradoxal, le pays l’est aussi dans ses relations avec le reste du monde qui donnent de lui une image composite. Le Brésil hésite entre son héritage extrême-occidental, visible dans les accords universitaires et nombreux avec la France, par exemple, et sa position renforcée dans le dessin d’une géopolitique au sud. Les liens avec l’Afrique sont anciens mais insignifiants pour l’économie. En revanche, ce n’est pas le cas des relations avec la Chine, principal acheteur de matières premières agricoles. La carte p. 278 offre un bon résumé : synthèse des principaux discours et points de vue présentés dans l’ouvrage, elle met en évidence les principaux points d’appui du pays dans le monde, soulignant le renforcement des accords avec les émergents et les liens étroits avec la Triade.

10L’ouvrage dispose de cartes nombreuses, de documents d’archives, de photographies, de plans (appartements) mais aussi de citations qui donnent un aperçu de l’humour brésilien. L’iconographie atteste aussi du large spectre de méthodes maniées par l’auteur et retrouvées dans tout l’ouvrage : analyses, statistiques, ensembles chorématiques, cartographie thématique, photographies. La bibliographie n’est pas pléthorique et elle propose des références en français et en portugais. Il aurait été bienvenu d’avoir quelques titres en espagnol, notamment dans le chapitre sur la géopolitique.

11S’il faut émettre une réserve, c’est peut-être quant à la récurrence des variations sur des thèmes semblables, qui donne parfois une impression - superficielle - de répétition. Pourtant c’est ce qui fait aussi la force de l’ouvrage : en adoptant à chaque fois un prisme différent pour les relire, le géographe montre bien la difficulté de cerner le fonctionnement d’un pays aussi grand et en changement permanent. Comme l’indique l’humoriste Millôr Fernandes, le Brésil n’est pas « un pays pour les débutants ». On peut donc saluer un ouvrage qui, d’une main de maître, tient le pari de saisir sur le vif les enjeux d’un pays émergé, mais constitue déjà une référence pour comprendre les autres émergents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Noëlle Carré, « Le Brésil, pays émergé », Confins [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 25 août 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://confins.revues.org/9747

Haut de page

Auteur

Marie-Noëlle Carré

Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, Institut des Hautes Etudes d’Amérique latine, Centre de Recherche et de Documentation des Amériques, marie-noelle.carre@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org