Navigation – Plan du site
Espaces urbains et informalité politique au Brésil

La « pacification » et ses rumeurs : les incidences des Unités de Police Pacificatrices sur les problèmes publics dans les favelas de Rio de Janeiro

Pacificação” e rumores: o impacto das unidades de polícia de manutenção da paz sobre as questões públicas nas favelas do Rio de Janeiro
“Pacification” and rumors: the impact of peacekeeping police units on public issues in the favelas of Rio de Janeiro
Palloma Valle Menezes
Traduction de Cécile Le Bourdon clebourdon@selbee.fr

Résumés

Cet article a pour objectif central l’analyse des rumeurs qui circulent dans les favelas de Santa Marta et Cidade de Deus depuis que la police a commencé à les occuper en novembre 2008, avant que n’y soient inaugurées les premières UPP, les Unités de police pacificatrices de Rio de Janeiro. Dans cet article, je postule que l’analyse de ces « informations improvisées » peut aider à comprendre la manière dont ont évolué les préoccupations et les problèmes publics qui ont affecté la routine des habitants des favelas « pacifiées » au cours des cinq dernières années. Cette réflexion s’appuie sur un travail de recherche ethnographique effectuée dans les favelas de Santa Marta depuis 2009 et de Cidade de Deus depuis 2012.

Haut de page

Texte intégral

Habitants et policiersAfficher l’image
Crédits : Menezes, 2015

1En novembre 2008, la police militaire a commencé à occuper la favela Santa Marta, située dans la zone Sud de la ville de Rio de Janeiro, ainsi que la favela Cidade de Deus, située dans la zone ouest. Ces occupations ont constitué la première étape d’un projet qui a reçu par la suite le nom de projet UPP, désignant les Unités de polices pacificatrices. Dans cet article, je propose une réflexion sur l’incertitude qui a marqué le début de la mise en place de ce projet.

  • 1 Les notions de « situation indéterminée » et d’« enquête » sont inspirées du travail de John Dewey, (...)

2Je retiens comme objet central d’analyse un « nuage de spéculations » qui a pris forme en novembre 2008, quand la police a commencé à occuper les deux quartiers. Je constate que, peu de temps après, lors de la mise en place du projet UPP (qui ne portait pas encore ce nom), les habitants de ces favelas, les trafiquants de drogue, mais aussi la police et les agents des instances gouvernementales ont tous vécu cette arrivée comme une situation indéterminée1. J’analyse en particulier les rumeurs colportées par les habitants des deux premières favelas « pacifiées » au cours de leurs conversations quotidiennes. Ces narrations sont abordées non comme des récits isolés, mais comme autant d’éléments exprimant un ressenti face à l’indétermination causée par l’arrivée des forces de police, en particulier par la pérennisation de la présence sur ces territoires.

  • 2 Cet article ne cite pas les noms des personnes interrogées et ne donne pas de descriptions, afin de (...)

3Les réflexions présentées dans cet article sont le résultat d’une enquête de terrain effectuée à partir de 2009 à Santa Marta, où j’ai résidé pendant un an, et à Cidade de Deus depuis 2012. Au cours des dernières années, j’ai partagé le quotidien des deux favelas en m’efforçant d’observer plus particulièrement les relations entre la population locale, les agents de police et les personnes participant au trafic de drogue présents dans ces territoires. Outre ce travail d’observation, j’ai également mené des entretiens approfondis avec les habitants, les policiers des UPP, les trafiquants et les personnes qui sont sorties du trafic après le début du processus de « pacification »2.

  • 3 Je considère que les rumeurs portent sur des sujets qui sont significatifs pour un groupe donné, à (...)

4Dans la première partie de cet article, je traite de l’indétermination initiale générée par l’arrivée de la police à Santa Marta et à Cidade de Deus, ainsi que du « nuage de spéculation » qu’elle a provoqué dans ces favelas où les rumeurs prolifèrent. Dans une deuxième partie, j’analyse certaines des premières rumeurs3 que j’ai entendues au cours de mon étude de terrain, et montre comment s’est effectuée la transition d’une situation initiale d’indétermination à la mise en place d’une « routine » avec les UPP. La troisième partie de cette étude est une réflexion sur les craintes, les tensions et les problèmes auxquels les personnes habitant l’espace des favelas « pacifiées » ont dû faire face quand les UPP se sont installées dans une routine. Enfin, je défends l’idée selon laquelle l’étude des rumeurs dans l’ordre chronologique et l’analyse de l’évolution des récits qu’elles véhiculent dans le temps permettent d’appréhender les évolutions des problèmes publics (c’est-à-dire des problèmes pratiques et concrets, définis et perçus comme partie intégrante de l’expérience vécue) dans les favelas « pacifiées » au cours des cinq dernières années.

L’indétermination initiale et le « nuage de spéculations »

5Au départ, l’occupation des favelas de Cidade de Deus et de Santa Marta par la police militaire de l’État de Rio de Janeiro en novembre 2008 ne semblait différer en rien de ses incursions précédentes. Pendant des décennies, la police militaire avait multiplié les incursions dans les favelas cariocas, suivant presque chaque fois le même schéma : confrontations entre trafiquants et police suivies de décès, emprisonnement, saisie de drogue et, finalement, retrait de la police. Les habitants de Cidade de Deus et de Santa Marta avaient vu leur routine interrompue tant de fois par l’arrivée de la police dans leur quartier, qu’ils ont cru au départ à une opération de police « classique ». Comme le raconte un habitant de Santa Marta : « Il se passait des choses ici, mais elles n’avaient pas de nom. (...) Ici, on ne parlait pas comme ailleurs “d’occupation”. Pour nous, il s’agissait d’intervention de routine de la police. (...) Ils ne nous ont prévenus de rien. Ils sont arrivés pour occuper les lieux, sauf que pour nous, c’était comme d’habitude, vous voyez ? »

6Ni les habitants, ni les trafiquants de drogue des premières favelas occupées, ni même les policiers qui travaillaient dans ces régions n’avaient une claire perception de ce qui était en train de se passer à Santa Marta et à Cidade de Deus fin 2008. Constatant la situation qui se profilait, ils ont donc démarré un processus d’enquête, c’est-à-dire un processus de recherche d’éléments pour tenter de définir et de comprendre la situation à laquelle ils étaient confrontés. Ce processus s’est mis en place lorsque les ressources et méthodes que les habitants utilisaient habituellement pour caractériser le « climat de la favela » (Cavalcanti, 2008) et définir la situation (Thomas, 2002 : 103-15), se sont avérées inefficaces et inopérantes. Cefaï (2013) décrit ce processus de manière précise, quand il indique que

face à une crise qui bouleverse leur situation habituelle, les participants sortent de leur régime de conduite habituelle pour élaborer une expérience réflexive. Ils cernent les éléments perturbateurs, s’interrogent sur leurs causes et leurs effets, s’inquiètent de leur propre attitude vis-à-vis de la perturbation et examinent la signification sociale de leur réaction face à ces éléments. Ils discutent, réfléchissent, s’inquiètent à voix haute, s’informent, enquêtent et alertent l’opinion publique. La perturbation ressentie devient un problème. (CEFAÏ, 2013, p.11)

  • 4 Extrait d’un entretien avec le Président de l’Association des habitants de Santa Marta

7L’un des premiers à avoir amorcé ce processus d’enquête dans la favela fut le président de l’Association des habitants. Il raconte que, peu de temps après l’occupation, la population du quartier a eu le sentiment qu’elle « pénétrait dans un grand tunnel obscur, espérant arriver rapidement de l’autre côté pour retrouver toute la lumière »4. Pour savoir quel chemin emprunter dans ce tunnel sombre, il était donc nécessaire de tenter de comprendre, d’enquêter, de mobiliser ses capacités intellectuelles et ses compétences afin de s’efforcer de bien définir la (nouvelle) situation. Comme l’explique le président de l’Association des habitants de Santa Marta, José Mário :

On ne nous a informés de rien. Quand la présence de la police est devenue évidente, qu’ils se sont mis à tout gérer, en tant que président, je me devais d’aller voir ce qui se passait. Ils nous ont dit que le Secrétaire général et le Gouverneur allaient venir dans le quartier pour tout expliquer à la communauté. Alors, qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai appelé tous les présidents des associations des communautés de la zone Sud, parce qu’à l’époque, toutes les communautés étaient inquiètes. Ensemble, nous sommes allés discuter avec le Secrétaire général en charge de la sécurité (...). Et ce jour-là, on nous a dit que « la police s’était installée à Santa Marta pour y rester ». (Extrait d’un entretien avec le Président de l’Association des habitants de Santa Marta)

8À partir du moment où les habitants de Santa Marta puis de Cidade de Deus ont su qu’il s’agissait d’un nouveau modèle de « police communautaire », une partie des interrogations s’est dissipée. On savait désormais que la police « allait rester ». Pourtant, de nouvelles questions ont vu le jour, car les habitants ne savaient pas en quoi consistait le projet, comment il fonctionnerait et quelle incidence il pourrait avoir sur la vie dans la favela. Comme le souligne un habitant de Cidade de Deus :

Au début, quand ils ont installé l’UPP, on a compris qu’ils allaient rester dans le quartier. On a vu qu’il n’y avait rien à faire. Quand on a vu qu’ils installaient un baraquement, tout a changé. Pendant cette période, il a fallu s’adapter de nouveau. On s’est dit : bon, il va falloir apprendre à cohabiter. À l’autorité dans le cadre de la loi, mais aussi en marge de la loi. Déjà parce que, avant qu’elle n’arrive, on ne savait pas quel serait le système de l’UPP. Comment est-ce que ça va fonctionner ? Est-ce que ce sera une caserne ? Un commissariat ? Voyez ? Alors, les gens se posaient des questions tout le temps. C’était un truc difficile, un doute permanent. S’ils étaient arrivés et qu’ils nous avaient dit « non, notre projet c’est ça, on va faire ça, etc. », on aurait compris ce qu’ils faisaient. Mais non, rien de tout ça. (Extrait d’entretien avec un habitant de Cidade de Deus.)

9Les trafiquants qui opéraient dans les premières favelas occupées par la police ont été également directement affectés par l’arrivée et la présence permanente de la police. Dans ce contexte, il devenait essentiel d’obtenir des informations pour définir au mieux leur stratégie d’action, comme l’explique un trafiquant de Cidade de Deus :

Quand on s’est rendu compte que les policiers, ils allaient rester dans la favela, on avait des flingues de ouf pour tirer partout, le dono da boca (chef de trafic) avait tout, un truc de dingue ! (...) et puis on était toujours en contact. Tu sais comment c’est, la police, c’est les bandits, et les bandits, c’est la police, c’est comme ça. Eux, ils avaient leurs informations sur nous, et nous, nos tuyaux sur eux. On avait une radio pour parler à l’arragadeira (policiers corrompus), alors on a été voir leur chef pour taper la discute. Et là, le chef des flics, il nous a dit « vous êtes malades ? Maintenant ça c’est fini, y’a plus de négociations. Et la police reste dans le quartier. Tu peux aller le leur dire ! ». Dans l’après-midi, après, ça a été la folie, on a du sorti de la favela ! On a traversé [le quartier de] Penha sur des motos volées avec des gilets, des fusils, des pistolets! Et un peu avant Noël, l’UPP est arrivée. (Extrait d’entretien avec un trafiquant de Cidade de Deus).

10En résumé, on peut dire que pour les habitants comme pour les trafiquants, les doutes étaient nombreux sur l’occupation permanente des quartiers de Santa Marta et Cidade de Deus. Pourtant, il y avait au départ bien peu d’informations sur la manière exacte donc fonctionnerait ce nouveau modèle de « police communautaire ». C’est ainsi que de nombreuses rumeurs (ou, pour reprendre les termes de Shibutani [1966], « d’informations improvisées ») ont commencé à proliférer dans les territoires récemment occupés.

11Vansina (1965:20) définit une rumeur comme étant « une forme d’information qui naît d’une situation de tension dans laquelle les canaux de communication ne fonctionnent par correctement ». De même, Shibutani (1966) définit ce type de communication comme un ensemble d’« informations improvisées » qui peuvent émerger de situations marquées par des changements drastiques d’environnement, ou par des évènements inhabituels qui, soudain, cassent la routine d’un groupe donné (Park, 1940). Pour l’auteur, la rumeur est une forme récurrente de communication à travers laquelle des personnes, bloquées dans une situation ambiguë, tentent de forger une interprétation cohérente à l’aide de leurs ressources intellectuelles. Elle peut être vue comme une méthode collective de résolution des problèmes (Shibutani, 1966, p.17).

Photo 1 L’ “invasion” des touristes dans le morro de Santa Marta

Photo 1 L’ “invasion” des touristes dans le morro de Santa Marta

Menezes, 2015

12Cefaï, dans le même esprit, suggère que les rumeurs se multiplient « quand les sources d’informations sont déficientes et/ou que les schémas habituels ne sont plus pertinents » (2007, p.120). Cette définition convient parfaitement à la situation d’occupation policière de Santa Marta et de Cidade de Deus, puisque la routine des habitants de ces territoires a été interrompu par l’arrivée de la police au début de l’occupation.

13C’est pourquoi, lors de mes recherches, j’ai recensé près de 60 rumeurs qui ont circulé à Santa Marta et Cidade de Deus depuis l’arrivée de l’UPP. Je suggère que l’analyse de ces rumeurs, dans la mesure où elles font circuler des informations pertinentes pour les personnes et les groupes qui habitent ces quartiers, aident à comprendre les évolutions des problèmes publics des favelas « pacifiées ». Ces « informations improvisées » peuvent ainsi être considérées comme des « indices de préoccupations » (Shibutani, 1966) des habitants des favelas « pacifiées », ou comme une typification des « craintes du moment » (Lopes, 2008) de cette population.

Les UPP, de l’incertitude à la routine

  • 5 C’est à cette époque qu’un groupe d’habitants de Santa Marta a organisé des réunions pour discuter (...)

14Les premières rumeurs dont j’ai eu vent au début de mon étude de terrain, en 2009, portaient d’une part sur le thème des conflits entre les habitants et la police, générés par les tentatives de contrôle des territoires « pacifiés » par les UPP, ainsi que sur la vie quotidienne des habitants de ces quartiers. Lors de la première année qui a suivi l’arrivée des UPP, informations officielles et non officielles circulaient dans les favelas, créant un effet d’écho sur les sujets suivants : a) l’installation de caméras de surveillance à Santa Marta et la rumeur selon laquelle la police se permettait de filmer les habitants à l’intérieur de leurs habitations ; b) les contrôles de police permanents et la rumeur disant que les habitants seraient régulièrement arrêtés au simple motif qu’ils circulaient dans la favela sans leurs papiers ; c) l’interdiction des bals et l’interdiction d’écouter du funk, même chez soi ; d) l’imposition d’un horaire limite pour les soirées et la rumeur selon laquelle la police allait débarquer dans les fêtes, dans les espaces publics comme privés, pour demander aux habitants de couper le son. Comme l’a résumé une habitante de Santa Marta lors d’un entretien : « Dans les années 2009 et 2010, les conflits ont connu leur apogée. Cela a été un moment super difficile, avec de vraies crises d’adaptation. Cela a été une période de confrontation entre ceux qui vivaient dans les favelas et qui ont vu leur routine perturbée, et ceux qui sont arrivés pour imposer de nouvelles règles, tu vois ? »5.

  • 6 Il faut souligner que les UPP étaient en majorité constituées de policiers récemment formés, ce qui (...)

15Les personnes interrogées ont indiqué que l’une des principales causes de tension au cours de cette première période tenait au fait que les policiers ne connaissaient pas les habitants, et que les habitants ne distinguaient pas les agents de l’UPP les uns des autres (Machado da Silva, 2010; Bautès; Gonçalves, 2011) 6. L’absence de ce double recensement a été génératrice d’une série de malentendus, de défiances et de conflits. D’une part, les policiers disaient vouloir questionner « tout le monde » parce qu’ils ne savaient pas
« qui était qui » parmi les habitants, ce qui faisait de chacun d’eux un suspect potentiel. D’autre part, les habitants se plaignaient que leur vie soit perturbée presque chaque jour par des interpellations policières souvent violentes.

16Les policiers soulignaient que leur travail avait été très difficile au départ. De nombreux habitants se plaignaient en effet des « descentes » permanentes, ce qui créait des conflits entre les UPP et la population. Avec le temps, néanmoins, les policiers ont établi leur propre recensement, qui leur a permis de distinguer différentes catégories : « travailleurs », « bandits » ; « drogués », etc. (Zaluar, 2000 ; Feltran, 2007). Une fois ces catégories établies, ils ont pu agir de manière différenciée avec chaque groupe. Comme l’explique un policier de l’UPP :

Les gens ont compris maintenant, ils savent s’adresser à chacun d’une manière différente. Ce n’est pas pareil de parler avec un commerçant et avec quelqu’un dont on sait qu’il vend de la drogue. (...) Bon, la différence c’est qu’avec les trafiquants, on parle un ton au-dessus, la verbalisation est un peu plus agressive. (Extrait d’entretien avec un policier de l’UPP de Santa Marta).

  • 7 On remarquera que le terme « bonde », qui est habituellement utilisé dans les favelas pour désigner (...)

17Entre 2011 et 2012, les rumeurs ont commencé à souligner que, tout comme les policiers cataloguaient la population de la favela depuis le début de l’occupation, les habitants commençaient, avec le temps, à distinguer les différents policiers de l’UPP. Ils devenaient capables de les reconnaître et de les classer dans différentes catégories : les « tranquilles », les « courageux », les « sympas » ou les « désagréables », ce qui permettait de prévoir leurs réactions et d’éviter les situations de conflit. À Santa Marta comme à Cidade de Deus, une rumeur affirmait que certains « plantões »7 (groupes ou équipes policières) étaient meilleurs que d’autres. Les habitants remarquaient qu’avec certains « plantões » il était possible de négocier, par exemple, pour qu’une fête finisse plus tard que l’horaire autorisé, alors que d’autres refusaient catégoriquement. On entendait dire également que certaines « plantões » étaient corrompues, tandis que d’autres n’acceptaient pas les pots-de-vin. Comme l’a expliqué une habitante de Santa Marta lors d’un entretien : « Il y a une équipe avec un bandit (policier) qui crée toujours des problèmes. Il veut toujours qu’on arrête la danse de forró plus tôt. Quand c’est son jour, on sait qu’il va y avoir des problèmes ».

18J’affirme donc qu’un réapprentissage perceptif et une nouvelle « éducation de l’attention » (Ingold, 2000 ; Gibson, 1989) ont été nécessaires pour permettre aux habitants – mais également aux policiers et aux trafiquants — d’anticiper les conflits et de les éviter dans cet environnement hypertendu de forte proximité spatiale entre la police et les trafiquants. Cet apprentissage a contribué à intégrer cette « police de proximité » (avec toutes les limitations, complications et contradictions afférentes) dans la vie quotidienne des favelas « pacifiées ». Cette intégration de l’UPP dans une certaine routine a permis d’atténuer les perturbations de la vie quotidienne des habitants, moins fréquents qu’au début du processus de « pacification ». Lors de cette nouvelle période, les habitants ont cessé de voir les policiers comme un bloc homogène. Ils ont pu à leur tour les différencier, et anticiper ce qui pouvait se produire en fonction de la personne qui dirigeait les opérations ou du groupe de garde tel ou tel jour. Les policiers ont eux aussi commencé à avoir davantage d’éléments leur permettant de savoir « qui est qui » dans la favela. Le nombre de « descentes », réalisées au départ sans aucune distinction, en a été diminué d’autant, ce qui a également réduit le nombre de conflits entre population et police et a contribué à abaisser la tension ambiante entre ces deux groupes.

19Notons néanmoins que les trafiquants des favelas, tout comme les policiers et les habitants, ont appris à différencier les membres de la « police de proximité ». Ils ont appris de qui était composée chaque équipe, par où passait chaque planton et quel était son comportement. Comme le décrit un « ex‑trafiquant » de Cidade de Deus : « il y a le planton service-service, avec lui ils (les trafiquants) ne la ramènent pas. Et puis il y a le planton plus tranquille. Dans ce cas-là, ils prennent davantage leurs aises ». Les trafiquants sont devenus plus attentifs aux « indices » qui permettent de caractériser le climat de la favela. C’est ainsi qu’ils ont pu établir de nouvelles stratégies d’action, ce qui a encore compliqué le travail de la police dans les territoires « pacifiés ». Comme le remarque un policier de l’UPP de la favela Parque Proletário :

« Ils savent qui est qui parmi nous. Quand ils ont affaire à un policier tranquille, ils savent qu’il y a peu de risques qu’il tire, n’est-ce pas ? Mais quand ils savent que la garnison qui est de garde travaille plus (...) ils savent qu’il y aura plus d’armes, ils sont plus attentifs. Une garnison qui travaille plus aura la gâchette plus facile ». (Extrait d’entretien avec un policier de l’UPP du Parque Proletário).

  • 8 Il faut également se souvenir que lors des premières années de l’occupation policière, de nombreuse (...)

20Alors que la routine s’instaurait parmi les UPP, les rumeurs sur les représailles que les trafiquants pourraient exercer contre les habitants qui aideraient la police ont désenflé, suggérant un apaisement relatif et momentané dans les relations entre police et population, qui ont commencé à mieux se connaître et à être moins distants8. La rumeur selon laquelle il existait une liste de personne « à abattre » pour avoir aidé l’UPP, par exemple, a décliné, comme le raconte un habitant de Cidade de Deus : « cette liste a bien existé. (...), Mais je ne crois pas qu’elle existe encore aujourd’hui, j’ai l’impression qu’ils (les trafiquants) ont perdu un peu de leur pouvoir. Les gens aujourd’hui ont un peu moins peur de s’approcher des policiers ».

21Mais cette situation n’a pas duré, car l’intégration de l’UPP au quotidien a provoqué dans les favelas « pacifiées » une reconfiguration de plusieurs autres problèmes et conflits. Cette reconfiguration s’est accompagnée de nouvelles rumeurs et du retour d’anciennes spéculations. Ci‑dessous, j’analyse certains de ces récits afin de comprendre les « nouvelles » craintes, les tensions et les problèmes auxquels les personnes habitant l’espace des favelas « pacifiées » ont dû faire face quand l’activité des UPP est devenue routinière.

Nouvelles préoccupations, conflits et crises dans les territoires « pacifiés »

22J’ai commencé à entendre d’innombrables rumeurs à Santa Marta entre 2010 et 2011, et plus tard à Cidade de Deus, sur le fait que les vols avec et sans violence, les rixes et même les viols se seraient multipliés dans ces favelas depuis l’arrivée de l’UPP. Certes, l’avènement de ce que l’on a appelé la « pacification » a généré une baisse significative des échanges de tirs et des homicides, mais ces récits suggèrent que cela n’a pas mis fin à la violence. Les types de crimes et des conflits constatés dans les favelas « pacifiées » ont seulement évolué. J’ai noté au moins deux conséquences de cette évolution lors de mon étude de terrain. La première a été un sentiment accru d’insécurité de la part des habitants, qui n’osaient plus laisser leurs portes et fenêtres ouvertes comme auparavant. Nombre de témoins racontent que la défiance vis-à-vis du voisinage s’est accrue, ce qui a amené chacun à redoubler d’attention pour éviter, par exemple, de se faire dérober des objets dans leur maison.

Photo 2 Des habitants dans une manifestation contre la destruction d’une partie du morro Santa Marta

Photo 2 Des habitants dans une manifestation contre la destruction d’une partie du morro Santa Marta

Menezes, 2015

  • 9 Les rumeurs concernant les vols sans violence, et surtout les viols, ont contribué à alimenter une (...)

23Seconde conséquence de cette évolution des types de crimes « post-pacifications », les habitants ont commencé à se plaindre de l’inefficacité des policiers de l’UPP implantés dans les favelas. Je m’explique : de nombreux habitants affirmaient que, dans ces quartiers, les policiers n’intervenaient plus dans les cas de vol sans violence ou de viols, et n’enquêtaient même pas sur ce type de crimes9. Ce « peu de motivation » des policiers à empêcher ce type de crime qui crée un sentiment d’insécurité dans la favela, et à enquêter quand ils se produisent aurait amené de nombreux habitants à penser que l’UPP était là pour surveiller et pour contrôler la population des favelas plutôt que pour assurer la sécurité des habitants du quartier. Au cours d’un entretien, un habitant de Cidade de Deus a ainsi affirmé : « On n’a aucun recours, et on n’a pas confiance dans ce qu’on nous impose. On se sent plus assiégés que protégés, c’est ça la vérité ! ».

  • 10 Certaines rumeurs typiques de ce nuage affirmaient par exemple que diverses familles de la partie h (...)

24D’autres rumeurs, ayant émergé faute de pouvoir émettre des critiques directes contre les UPP, répandaient la crainte d’une « invasion blanche » dans la population des zones « pacifiées ». De nombreux habitants, en particulier à Santa Marta, se sont plaints d’avoir été « envahis » par des « gringos », des « playboys » (habitants de Rio de Janeiro de classe moyenne qui fréquentent les fêtes des favelas) et des entrepreneurs de tous poils. Une idée a même circulé au sein des habitants et des commerçants du quartier, selon laquelle il serait bientôt impossible de résister à la spéculation immobilière et à l’augmentation du coût de la vie due à la régularisation et à l’augmentation de factures d’électricité, d’eau, de télévision par câble, etc. Tout le monde, disait-on, finirait par vendre sa maison ou son commerce aux entrepreneurs et aux touristes qui étaient venus étudier l’immobilier de la favela « de leurs propres yeux » avec l’objectif de l’acheter. En somme, ce « nuage de spéculation » dénonçait un processus de « gentrification » amorcée dans les favelas « pacifiées »10 (Bautès ; Gonçalves, 2011).

25Outre la propagation des crimes non mortels, la spéculation immobilière et l’augmentation du coût de la vie, un autre problème a beaucoup inquiété les habitants de Santa Marta et Cidade de Deus ces dernières années : le retour en force des trafiquants dans les zones « pacifiées ». Depuis le début de mon étude de terrain, j’ai entendu nombre de rumeurs sur l’évolution des modalités d’action des trafiquants sur les territoires. Les habitants racontaient que les trafiquants avaient été effrayés par la présence des policiers, au point d’arrêter totalement de vendre de la drogue dans les premiers temps. Au cours d’un entretien, un habitant de Cidade de Deus a par exemple expliqué que « quand la police est arrivée dans la favela, il n’y avait plus un chat alentour. Plus un camarade (trafiquant) n’a pointé son nez ici pendant un bon mois, je crois. Au début, ils ont cessé la vente et ils ne venaient plus ici. J’ai même vu des gamins trafiquants travailler à la boulangerie, par exemple ».

26Néanmoins, à partir de 2011, et surtout de 2012, des rumeurs ont à nouveau fait état d’un regain de pouvoir des trafiquants. Des spéculations ont vu le jour sur la vente de drogue qui aurait reprise de plus belle et sur le fait que les bandits seraient de nouveau armés, se promenant pistolets à la main dans les favelas occupées par les UPP, particulièrement lors des bals nocturnes. En 2012, les rumeurs sur le « retour de la corruption » se sont également intensifiées à Santa Marta et à Cidade de Deus. Des témoignages indiquent que des policiers recevaient des pots-de-vin pour des raisons diverses, qu’ils acceptaient des pourboires de la part des ex-bandits comme des commerçants locaux, notamment pour autoriser des fêtes à se terminer après l’heure de fin des évènements établie par le commandant. D’autres ont signalé une recrudescence de cas de policiers arrêtant des jeunes en train de vendre de la drogue, uniquement dans l’intention de leur extorquer de l’argent pour leur libération, sans les conduire au commissariat. Des accusations de corruption ont fleuri dans les « grands médias », ce qui a renforcé chez les habitants la sensation que le projet UPP était « en déclin ».

  • 11 Amarildo de Souza était un habitant de la favela de Rocinha, disparu après avoir été emmené en juil (...)

27L’impression que le projet « entrait dans une phase de crise » s’est encore intensifiée entre 2013 et 2014. Les annonces de violences policières dans les favelas « pacifiées » se sont multipliées jusqu’à la disparition du maçon Amarildo dans la favela de Rocinha11. Les rumeurs ont également enflé les comportements des trafiquants dans les favelas, qui recourraient à la violence de manière de plus en plus ostensible. Par le passé, selon les habitants de Cidade de Deus et Santa Marta, l’usage de la force par les trafiquants semblait « régulé » pour éviter d’attirer l’attention et éviter les conflits avec l’UPP. Par la suite, les « bandits » ont semblé ne plus craindre de recourir à la force physique dans les favelas « pacifiées ». Un habitant de Cidade de Deus constate le retour de dynamiques qui existaient dans le passé : « De plus en plus souvent, on voit des trafiquants donner une raclée à quelqu’un qui fait une connerie de manière totalement décomplexée. Et l’autre jour, un ami m’a dit que les trafiquants échangeaient des coups de feu avec la police. Ils étaient au coin de la rue, les policiers passaient, ils leur ont tiré dessus, tout simplement.

  • 12 Il me semble que l’un des éléments qui a largement facilité la reprise des échanges de coups de feu (...)
  • 13 Comme le décrit Grillo (2013, p.2), dans la majeure partie des favelas avant l’arrivée des UPP, « l (...)

28Parmi les habitants, s’installe progressivement l’impression que « tout est redevenu comme avant ». Quelques « pistes » suggèrent que le climat des favelas commence à être le même qu’avant l’arrivée des UPP : a) des échanges de coups de feu de plus en plus fréquents12 ; b) l’augmentation du nombre de personnes fumant de la marijuana dans les lieux publics de la favela ; c) la présence de canapés au milieu de la rue pour bloquer le passage des véhicules de police ; d) le retour des « radinhos », des petites radios utilisées par les trafiquants pour suivre les déplacements des agents de l’UPP dans l’espace de la favela ; e) la réapparition des points de vente de drogue (« bocas de fumo ») « sédentaires » et « permanents »13 ; f) d’après une rumeur, ce ne sont plus seulement des pistolets, mais des fusils que les trafiquants arborent dans la favela.

29En 2014, alors que les relations entre trafiquants et policiers se crispaient de nouveau dans les favelas « pacifiées », de nouvelles rumeurs ont circulé, selon lesquelles les habitants qui aidaient les policiers ou leur parlaient s’exposeraient à des représailles. De nombreuses personnes, à Santa Marta comme à Cidade de Deus, disent qu’elles ont préféré éviter de parler de la police ou avec elle ou à l’intérieur des favelas à UPP à ce moment-là. Comme le résume un habitant de Cidade de Deus :

Ils ont repris confiance, ils se sont dit « hé ben, on en a déjà cogné un, ce type-là, on l’a tué ». Et peu de temps après, tout était redevenu comme avant. Avant, je parlais rarement aux policiers, et si je le faisais, je regardais toujours autour de moi pour savoir si je pouvais causer ou pas, aujourd’hui je l’ouvre encore moins ! (Extrait d’entretien avec un habitant de Cidade de Deus).

30Il faut comprendre qu’à ce moment-là, les rumeurs semblent avoir encore gagné en force, car l’impression générale était que le gouvernement ne publiait que les informations qui l’intéressaient, celles qui étaient susceptibles de donner une image positive du projet d’UPP. Les « grands médias » auraient été complices, restant sourds aux demandes et réclamations de la population de ces zones, ne les prenant pas en compte comme source d’information et ne les représentant absolument pas dans leurs reportages. Pour beaucoup d’habitants des favelas soumises à la présence d’UPP, les « grands médias » ne rendaient absolument pas compte de ce qui se passait réellement dans les territoires « pacifiés ». Selon une habitante de Santa Marta : « aucun des problèmes concernant le gouvernement, ici à Santa Marta, rien de ce qui peut faire scandale n’apparaît dans les médias, vous comprenez ? (...) on en parle très peu, tout le monde est au courant, mais tout le monde se tait ». Selon un autre habitant de Cidade de Deus : « ce qu’on lit dans les journaux sur les UPP c’est une chose, ce qu’on vit ici en est une autre, vous voyez ? ».

31Dans ce contexte de forte méfiance des habitants vis-à-vis de tout ce que disent les médias et les canaux gouvernementaux officiels sur le projet des UPP et ses conséquences, les rumeurs ont redoublé d’ampleur. De fait, pratiquement aucune information officielle n’est prise pour argent comptant. Elle fait d’abord l’objet de spéculations sur la véracité de ce qui est dit et sur les « intentions réelles » qui pourraient avoir amené le gouvernement et les médias à diffuser telle ou telle information. Informations formelles et « informations improvisées » se font écho. C’est à partir de la comparaison de ces deux sources que les acteurs sociaux forgent leur perception et que les ajustements collectifs s’effectuent.

Considérations conclusives

32La crise générée par l’arrivée de la police dans les premières favelas « pacifiées », comme toute crise, s’est étendue dans le temps et a provoqué une série d’ajustements individuels et collectifs. À mesure que la situation évoluait, le ressenti de l’UPP comme objet problématique a évolué. Mois après mois, année après année suivant l’arrivée de la police dans la favela, certains doutes se sont dissipés, tandis que de nouvelles questions et de nouvelles tensions se faisaient jour, générant de nouvelles rumeurs. Pour le dire autrement, la demande d’informations a évolué, si bien que des rumeurs nouvelles et différentes sont apparues.

  • 14 J’aimerais ouvrir ici une parenthèse pour rappeler que les rumeurs ne sont pas nécessairement liées (...)

33Je défends donc l’idée que les rumeurs, dans le cas des favelas « pacifiées », peuvent être pensées comme des typifications d’éléments visant à permettre de « préserver la routine » des acteurs, suivant l’expression de Giddens (1991)14. Je suggère que, dans ce contexte, les rumeurs peuvent être vues comme une synthèse unificatrice qui unifie dans l’espace et le temps (passé/présent + anticipation de l’avenir + perception de l’environnement) les modes de vie d’un segment particulier de la population. La rumeur permet donc la production de nouvelles intersections, dans un contexte incertain dans lequel la réciprocité des attentes (Garfinkel, 1963) est perturbée par l’état de doute (Peirce, 1877).

34Dans certains cas, les rumeurs peuvent être vues comme une tentative collective de description d’un évènement qui s’est déroulé dans un passé récent. Dans d’autres, ces récits ressembleront davantage à une tentative pour prévoir un avenir possible (« forecast the future ») (Fine, 2009, p.2). Quoi qu’il en soit, la rumeur reste avant tout une arme de production de connaissance pour donner une continuité au moment présent. Ce type de récits vise à anticiper les problèmes en essayant de garantir la « continuité » des routines et de maintenir la communication dans les moments où celles-ci sont perturbées. Pour le dire autrement, la rumeur s’efforce de rendre l’avenir prévisible en l’incorporant à la vie quotidienne. Elle fait appel à la mémoire du passé afin de définir et de comprendre les aspects générateurs d’anxiété (ce que Giddens appellerait « l’insécurité ontologique »). On peut donc dire que les rumeurs, en anticipant l’avenir au travers des perceptions qu’ont les individus de l’environnement qui les entoure, relient passé et présent. C’est pourquoi elles suggèrent l’émergence d’une rationalité collective qui doit être mesurée, non pas à l’aune de leur facticité, mais à celle de la capacité expressive des formes de vie qu’elles sont capables d’articuler et de rassembler dans leur récit. Autrement dit, le critère de validité d’une rumeur ne doit pas être établi en fonction de sa correspondance avec le réel, mais en fonction de sa capacité à donner forme aux expériences que vit la collectivité et qui la concernent, en période de doute et d’incertitude, ce qui permet de les partager (Cavel, 1979 ; Frega, 2013).

35J’avance donc l’hypothèse que les rumeurs expriment une synthèse de l’ensemble des « problèmes publics » qui empêchent la continuité des routines, à un moment où un groupe déterminé ne peut faire connaître ses demandes dans le débat public, où ce groupe se retrouve « encerclé » (Machado, 2008). Si mon hypothèse est correcte, les rumeurs peuvent être vues comme des synthèses expressives de problèmes publics et l’on peut penser que ces récits expriment les difficultés qu’il y a à maintenir les routines existantes dans les favelas en présence des UPP. Ces récits ont bien évidemment évolué avec le temps, ce que je me suis efforcée de montrer tout au long de cet article.

  • 15 En présentant une cartographie temporelle des problèmes publics dans les “favelas pacifiées”, je ne (...)

36En résumé, l’analyse des rumeurs, effectuée au départ entre 2009 et 2010, semble indiquer que celles-ci portaient initialement sur les problèmes publics dans les favelas « pacifiées », principalement sur des conflits entre habitants et policiers générés par les tentatives de l’UPP de contrôler les territoires « pacifiés », et sur la vie quotidienne de la population dans ces territoires. D’autres tensions étaient latentes, comme celles révélées par la cohabitation quotidienne des trafiquants et des policiers sur le territoire des favelas soumise à la présence d’UPP. Mais l’occupation policière s’est installée dans la durée et l’UPP s’est inscrite dans la routine, ce qui a permis d’atténuer temporairement les tensions entre habitants et policiers. Entre 2010 et 2011, apparaissent ensuite de nouveaux problèmes publics : d’une part, l’augmentation des crimes et délits « non mortels », dans le contexte des « favelas pacifiées » et d’autre part, la réglementation des services et du commerce ; l’invasion par les « gringos », les « playboys » et les chefs d’entreprise ; l’augmentation du coût de la vie ; la spéculation immobilière et la menace d’exclusions et « d’éviction au profit de blancs » dans un processus de gentrification. Entre 2012 et 2013, déjà, les préoccupations générées par le « retour en force du trafic » ont refait surface, pour prendre plus l’ampleur encore en 2014, créant l’impression collective que « tout était redevenu comme avant » et que l’UPP était « en crise »15.

37Pour conclure, nous pouvons dire que la seule certitude actuelle est la même qu’auparavant : l’avenir du projet des UPP reste des plus incertains. Cette incertitude, d’une certaine manière, a accompagné le projet depuis ses prémisses. Je pense donc que les rumeurs resteront un des indicateurs les plus importants pour suivre les évolutions à venir, dans un contexte toujours plus incertain. Puisque les rumeurs sont importantes pour les habitants (et pour tous les acteurs sociaux en général) qui voient leurs routines modifiées, elles doivent nécessairement intéresser les chercheurs qui se sont fixés pour objectif de décrire l’incertitude que ressentent les personnes sur lesquelles portent leurs recherches.

38Dans le présent article, j’espère avoir démontré comment les rumeurs permettent de dire quelque chose sur le rapport des habitants des favelas « pacifiées » à leur milieu de vie dans un contexte extrêmement incertain. Mais j’espère également, à travers l’analyse du contenu et des variations des récits véhiculés par ces rumeurs dans le temps, avoir pu raconter une brève histoire des craintes, des angoisses et de l’insécurité qu’éprouve ce pan de population qui peine encore à se faire entendre dans le débat public. De ce point de vue, les rumeurs liées à la « pacification » sont une manière d’exprimer les ressentis collectifs et individuels de ses acteurs. Ils racontent, à leur manière, l’historique du processus de « pacification » des favelas de Rio de Janeiro.

Haut de page

Notes

1 Les notions de « situation indéterminée » et d’« enquête » sont inspirées du travail de John Dewey, en particulier quand celui-ci dit qu’« aborder un problème alors qu’il est déjà établi, totalement défini ou provenant d’un vide est une approche artificielle (...). Dans la réalité, un tel “problème” sera simplement appelé “une tâche” ; il n’y a pas une situation et un problème préexistants, moins encore de problème sans situation. Il existe une situation perturbée, complexe, qui nous laisse perplexe, dont la difficulté (...) provient de la situation dans son intégralité, s’insinuant dans son ensemble. Si nous savions quelle est la difficulté, ce en quoi elle consiste, le travail de réflexion serait beaucoup plus aisé qu’il ne l’est dans la réalité... En fait, nous savons exactement quel est le problème au moment où nous cherchons une manière de nous en délivrer et de le résoudre » (Dewey, 1998, p. 140). Quand je parle de « processus d’enquête », je fais donc référence à l’ensemble des actions et réflexions mises en œuvre par les habitants et les trafiquants qui sont soumis à une indétermination créée objectivement par l’environnement dans lequel ils ont été immergés lors de l’occupation policière. S’il est avéré que l’arrivée de la police militaire a altéré ce qui peut être désigné comme « l’écologie sensible de la favela », il en découle que la population de ce territoire a été obligée de chercher de nouveaux éléments pour l’aider à comprendre les évènements. Pour le dire autrement, l’occupation par la police a engendré une situation nouvelle que les répertoires et les capacités disponibles jusque-là ne permettaient pas de définir de manière satisfaisante.

2 Cet article ne cite pas les noms des personnes interrogées et ne donne pas de descriptions, afin de garantir leur anonymat. Seuls sont révélés les noms des personnalités publiques, telles que les commandants des UPP et les présidents des associations d’habitants, puisque ces personnes sont immédiatement reconnaissables même sans les décrire ni les nommer.

3 Je considère que les rumeurs portent sur des sujets qui sont significatifs pour un groupe donné, à un moment spécifique et dans un lieu déterminé (Rosnow & Kimmel, 2000). Je défends donc l’idée que le fait de suivre la manière dont les rumeurs évoluent dans le temps peut être intéressant d’un point de vue méthodologique pour comprendre comment les préoccupations, les angoisses et les craintes de certains groupes évoluent dans le temps. Je considère, comme le suggère Darnton, que « sortir des sentiers battus n’est peut-être pas une grande méthodologie, mais (…) donne la possibilité de s’ouvrir à des points de vue inattendus, qui sont souvent les plus éclairants » (2011, p.17).

4 Extrait d’un entretien avec le Président de l’Association des habitants de Santa Marta

5 C’est à cette époque qu’un groupe d’habitants de Santa Marta a organisé des réunions pour discuter de l’installation de caméras dans la favela. Un Livret sur les contrôles de police (Cartilha de Abordagem Policial) à Santa Marta a ensuite été édité, afin de faire savoir à la population ce qui pouvait ou non leur arriver en cas de « descente ». En 2010 des réunions ont également été organisées pour débattre de la vie culturelle de la favela, à la suite desquelles fut créée la radio communautaire, Rádio Comunitária Santa Marta, qui est devenue un nouvel espace de débat essentiel de la favela.

6 Il faut souligner que les UPP étaient en majorité constituées de policiers récemment formés, ce qui relevait d’une stratégie volontaire sur laquelle le gouvernement de l’État s’est largement expliqué. L’objectif était d’empêcher le maintien des anciennes pratiques de corruption et de violence de la police militaire. En résumé, l’objectif était d’instaurer une « police nouvelle » exempte des « vices » caractéristiques des anciens policiers. Bien que cela ne soit pas le sujet du présent article, on peut souligner le fait que la difficulté d’intégration de ces policiers nouvellement formés à leur propre corps de métier s’est ajoutée aux tensions dans les relations entre habitants, policiers et trafiquants.

7 On remarquera que le terme « bonde », qui est habituellement utilisé dans les favelas pour désigner une bande criminelle ou des personnes associées de près ou de loin au « monde du crime », est utilisé dans le contexte de l’UPP pour désigner un groupe de policiers travaillant ensemble, chargés de surveillance au même endroit ou effectuant leur tour de garde ensemble.

8 Il faut également se souvenir que lors des premières années de l’occupation policière, de nombreuses rumeurs affirmaient que l’UPP se retirerait juste après les Jeux Olympiques, et que quiconque s’approcherait des policiers des favelas « pacifiées » encourrait des représailles (à la fois sur le moment et à l’avenir, quand les trafiquants auraient repris le pouvoir dans les favelas). Les habitants de Cidade de Deus comme ceux de Santa Marta disent avoir entendu parler de jeunes dont les trafiquants auraient rasé les cheveux pour les punir d’avoir sympathisé avec les policiers ; que des gens auraient été expulsés de la favela pour avoir offert un café ou de l’eau aux agents de l’UPP, et même qu’il existait une liste de personnes à abattre qui comprenait des habitants ayant aidé les policiers dans leur travail dans les favelas.

9 Les rumeurs concernant les vols sans violence, et surtout les viols, ont contribué à alimenter une certaine nostalgie du passé. La rumeur courait qu’avant l’arrivée des UPP, quand les trafiquants dominaient le quartier, ces derniers intervenaient généralement de manière beaucoup plus rapide sévère et exemplaire pour punir les violeurs et les petits voleurs agissant dans la favela.

10 Certaines rumeurs typiques de ce nuage affirmaient par exemple que diverses familles de la partie haute de Santa Marta seraient déplacées pour laisser place à un mirador, un hôtel et un restaurant de luxe sur le sommet du quartier.

11 Amarildo de Souza était un habitant de la favela de Rocinha, disparu après avoir été emmené en juillet 2013 par la police comme témoin. Bien que son corps n’ait jamais été retrouvé, un faisceau d’indices porte à croire qu’il a été torturé et assassiné par la police. Ce cas a provoqué un tollé national. La question « Où est passé Amarildo ? » est devenue l’un des principaux slogans des banderoles brandies lors des manifestations qui ont eu lieu dans la ville pendant le deuxième semestre 2013. Il est intéressant de noter que ce cas a déclenché d’intenses questionnements sur les UPP, abolissant le consensus qui semblait prévaloir jusque-là sur le succès de ce projet. Ce consensus avait permis aux UPP de rester longtemps imperméables aux critiques, qui pleuvent désormais et remettent en cause la « stabilité » du projet.

12 Il me semble que l’un des éléments qui a largement facilité la reprise des échanges de coups de feu et des confrontations armées est le fait que les trafiquants se sont adaptés à la présence policière. Avec le temps, les bandits ont appris à mieux espionner les déplacements et les actions de la police, ils se sont sentis « à leur aise », sachant mieux comment les attaquer quand c’était « nécessaire ». Comme le souligne un habitant de Cidade de Deus : « Maintenant ils [les trafiquants] ont pris le rythme, ils tirent sur les policiers sans aucun complexe ! ».

13 Comme le décrit Grillo (2013, p.2), dans la majeure partie des favelas avant l’arrivée des UPP, « le trafic s’organisait de manière sédentaire, à des points de vente fixes et facilement identifiables par les clients potentiels comme par la police ou les groupes rivaux. Cela impliquait de défendre leur drogue, leur argent, leur vie et leur liberté par les armes. Depuis l’arrivée de l’UPP, la vente de drogue était devenue une activité moins “sédentaire”, les bandits se dispersaient dans la favela, changeant souvent d’emplacement, afin que les policiers aient du mal à repérer les « boca de fumo » (point de vente de drogue).

14 J’aimerais ouvrir ici une parenthèse pour rappeler que les rumeurs ne sont pas nécessairement liées à des situations ambiguës. Elles résistent à tout type d’approche fonctionnelle. Néanmoins, dans le cas de mon domaine d’étude, l’une des caractéristiques les plus importantes de la rumeur est de répondre à l’ambiguïté générée par l’arrivée de la police dans les premières favelas “pacifiées”, dans la mesure où le contexte était très incertain et où peu d’informations étaient disponibles. J’affirme donc que c’est l’un des contextes dans lesquels la rumeur peut se répandre, ce qui ne veut pas dire que cela soit le seul, ni même le plus courant.

15 En présentant une cartographie temporelle des problèmes publics dans les “favelas pacifiées”, je ne prétends pas, bien entendu, qu’une nouvelle préoccupation est venue remplacer les précédentes, mais simplement que certains sujets arrivent sur le devant de la scène, tandis que d’autres cessent d’être débattus et commentés. Il faut néanmoins garder en tête que certains problèmes, et les rumeurs qui les expriment, peuvent resurgir dans un avenir proche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 L’ “invasion” des touristes dans le morro de Santa Marta
Crédits Menezes, 2015
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Titre Photo 2 Des habitants dans une manifestation contre la destruction d’une partie du morro Santa Marta
Crédits Menezes, 2015
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Palloma Valle Menezes, « La « pacification » et ses rumeurs : les incidences des Unités de Police Pacificatrices sur les problèmes publics dans les favelas de Rio de Janeiro », Confins [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://confins.revues.org/11229 ; DOI : 10.4000/confins.11229

Haut de page

Auteur

Palloma Valle Menezes

Chercheuse du collectif CEVIS (Collectif d’études sur la violence et la sociabilité), docteure en sociologie à l’Institut des études sociales et politiques de l’IESP/UERJ, à l’Université de l’État de Rio de Janeiro et au Department of Social and Cultural Anthropology of the Vrije University Amsterdam, et post doctorante en sociologie à la Fundação Getulio Vargas.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org